L’Afrique, le nouvel eldorado des énergies renouvelables ?

La statistique est stupéfiante : seul un tiers des habitants du continent africain a accès à l’électricité. Les besoins en infrastructures sont donc considérables. De nombreux programmes, tels l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (IAER), lancée lors de la COP 21, ou Power Africa, créé par les Etats-Unis, ambitionnent de répondre au défi de l’électrification de l’Afrique grâce aux énergies renouvelables.

solar-1593008_1920

                Source image

Des sources d’énergies renouvelables à valoriser

Si le continent africain dispose de ressources énergétiques renouvelables importantes, celles-ci restent largement inexploitées à l’heure actuelle. Le vaste potentiel hydraulique du continent, notamment en Afrique centrale, n’est utilisé qu’à environ 10%. Egalement, alors que l’Afrique de l’Ouest possède des conditions d’ensoleillement exceptionnelles, la part de l’énergie solaire dans son mix énergétique n’atteint même pas 1%. L’Afrique de l’Est possède quant à elle d’importantes ressources géothermiques, tandis que le nord de la façade atlantique du continent est propice à l’implantation d’éoliennes.

Des initiatives internationales ambitieuses

Ce double constat d’un déficit d’infrastructures couplé à de grands potentiels renouvelables pousse à envisager un fort développement des énergies renouvelables en Afrique. C’est dans ce cadre que l’IAER, qui regroupe nations africaines et institutions régionales et internationales, a défini un objectif ambitieux. Le 20 septembre dernier, un programme de construction de 300 GW de puissance électrique renouvelable d’ici 2030, dont 10 GW avant 2020, a donc été établi. Pour ce faire, 240 projets jugés prioritaires et représentant une capacité de 45 GW ont été identifiés. Certains d’entre eux pourront bénéficier du soutien financier de 10 milliards de dollars promis pour la période 2016-2020 par 10 bailleurs de fonds, dont la France à hauteur de 2 milliards d’euros. En parallèle, les Etats-Unis soutiennent le projet Power Africa, auquel ils ont accordé une enveloppe d’un milliard de dollars.

L’Agence internationale de l’énergie estime à 300 milliards de dollars l’investissement nécessaire pour assurer un accès universel à l’énergie en Afrique. On peut donc se demander si ces projets de grande ampleur seront suffisants pour permettre aux habitants du continent africain de bénéficier d’une énergie verte dans les années à venir.

Sources 

http://www.connaissancedesenergies.org/le-plan-dattaque-des-renouvelables-en-afrique-en-240-projets-160921

http://www.huffingtonpost.fr/laopold-salzenstein/lafrique-terre-nouvelle-des-energies-renouvelables_b_12216124.html

http://www.energies-renouvelables-afrique.com/senegal-grand-beneficiaire-de-power-africa/

http://www.challenge.ma/energies-renouvelables-45-milliards-deuros-mobilises-pour-lafrique-71797/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.