Une prochaine fusion Bayer-Monsanto?

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Le 14 septembre dernier, le groupe chimiste allemand Bayer a annoncé acheter le fabricant américain de pesticides et semences OGM Monsanto pour un montant de 59 milliards d’euros. Cela représente la plus grande acquisition d’un groupe étranger par une entreprise allemande.

agriculture-1359862_1280

Quel est l’intérêt de cette fusion?

Ce rapprochement intervient dans un contexte de chute du prix des matières agricoles. Cette chute a entraîné à son tour une chute du revenu des agriculteurs, ce qui a eu pour conséquence une baisse de la demande d’engrais, de semences et de pesticides. C’est ce qui a poussé les grands groupes du secteur agricole à s’associer, pour lancer de nouvelles initiatives.

Par le moyen de la fusion, les groupes vont pouvoir multiplier les brevets sur les biotechnologies, dissuadant les agriculteurs de faire leurs propres semences. Ils espèrent ainsi contrôler le marché, avec plus de 23 milliards d’euros de ventes combinées.

Quelles seraient les conséquences de cette fusion?

Cette fusion permettrait au groupe de dominer le secteur agricole, ce qui entraînerait une plus grande dépendance des paysans vis-à-vis du groupe et la fin de la diversité des semences. Guy Kastler, de la Confédération paysanne, y voit une “menace pour l’ensemble des citoyens, car nous risquons de perdre notre souveraineté politique et notre indépendance alimentaire.”

Un autre problème est soulevé par cette fusion. C’est celui de la responsabilité des dommages causés par Monsanto et de leur indemnisation. En effet, il est presque certain que le nom de Monsanto disparaitrait par cette fusion. Se poserait alors la question de la responsabilité de Monsanto pour les dommages qu’il aurait commis dans le passé. Les victimes risqueraient donc de rencontrer des difficultés procédurales pour obtenir réparation.

La fusion Bayer-Monsanto n’est toutefois pas définitive. Le rachat de Monsanto par Bayer doit encore obtenir l’accord des autorités de régulation de la concurrence, en Europe (UE) comme aux États-Unis. Si l’une des deux autorités refuse, ce sera un échec pour la fusion Bayer-Monsanto.

 

Dima Doukhi Afficher l'image d'origine – Étudiante en Master 2 GEDD à Strasbourg

 

Sources:
http://business.lesechos.fr/directions-marketing/communication/gestion-de-crise/0211335857996-bayer-monsanto-3-axes-de-communication-300341.php
http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/14/bayer-met-59-milliards-d-euros-sur-la-table-pour-acheter-monsanto_4997386_3234.html
http://www.liberation.fr/futurs/2016/05/23/bayer-monsanto-alchimie-monstrueuse_1454681

Image libre de droit: https://pixabay.com/fr/agriculture-protection-des-v%C3%A9g%C3%A9taux-1359862/

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *