De l’accaparement illégal des terres, à l’agro-colonialisme

La crise alimentaire mondiale, les mauvaises récoltes causées par le dérèglement climatique et la nécessité de trouver d’autres moyens de palier à l’insécurité alimentaire deviennent des sous-prétextes à l’accaparement  de terre à l’étranger.

mohaaa

 

Figure 1 Proportion des terres rachetées dans le monde en 2016

Photo : http://s1.lemde.fr/image/2012/04/27/644×322/1692312_3_d88a_ill-1692312-fe0b-agri_29c797313556586ce90c39e2a9762936.jpg

 

Les origines de l’accaparement des terres !

D’un coté, il y a  des gouvernements souverains préoccupés par l’insécurité alimentaire, qui recourent massivement aux importations pour assurer l’autosuffisance alimentaire de leur population. Mais ils procèdent également à l’acquisition des terres agricoles à l’étranger. De l’autre coté, des multinationales de l’agroalimentaire et des investisseurs privés profitent de ce contexte d’aggravation des rendements agricoles en réalisant d’énormes investissements dans des terres agricoles à l’étranger pour l’accroître leur activité. Cependant, ce phénomène n’est pas nouveau. Par exemple les pays du Golf comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats Arabes Unis ont déjà conclu des accords d’acquisition de terres agricoles dans le but de satisfaire leurs besoins alimentaires. Ces accords sont conclus avec certains pays d’Amérique du Sud, ou  l’Australie et s’inscrivent dans un cadre diplomatique propice à l’équilibre des intérêts de chaque partie.

Cependant ce phénomène a pris une tournure d’affrontement puisqu’il s’agit d’un moyen d’assurer son influence diplomatique, politique et économique, depuis que la Chine, la Corée du Sud et le Japon ont orienté les premiers leur politique agricole nationale vers l’étranger. Pour eux il ne s’agit pas d’assurer leur sécurité alimentaire. Ces états interviennent à travers leurs entreprises qui achètent des terres à  l’étrangers afin, d’accroître leur contrôle étroit sur les produits alimentaires afin de concurrencer les grandes sociétés occidentales de l’agroalimentaires sur les marchés mondiaux. Jusqu’à une période récente, l’Afrique ne représentait qu’une petite partie du phénomène de l’accaparement des terres mais aujourd’hui elle devient l’objet de toutes les convoitises en raison d’une réglementation faible en la matière et de l’instabilité politique chronique.

Moyen de pression et d’influence diplomatique

L’objectif affiché n’est plus d’assurer la sécurité alimentaire, mais plutôt d’avoir une zone d’influence en attente, en se procurant des milliers d’hectares de terre en réserve par la conclusion d’accords dont l’ambigüité reste de mise. Ces nouveaux accords qualifiés d’agro-colonialisme par certaines ONG, se traduisent par des transactions opaques et le plus souvent soutenues par la finance offshore ainsi que la complicité des gouvernements corrompus. Par exemple en Afrique de l’Est 60 % des terres agricoles sont aux mains de multinationales étrangères, et leur acquisition se fait par le déplacement forcé des populations locales, des expulsions, des tortures et des méthodes d’intimidation. Ceci alors même que certains de ces pays comme l’Ethiopie, le Kenya, le Soudan n’ont pas atteint une réelle autosuffisance alimentaire et sont obligés d’importer des denrées alimentaires de l’étranger.

A l’heure actuelle au niveau mondial et surtout en Afrique, l’achat des terres ne semble pas éveiller l’attention de l’opinion internationale, alors que ce phénomène entraîne des modifications de frontières, modifie les structures sociales et met en situation défensive des entreprises et des gouvernements corrompus face à la société civile. Tout ceci pourra devenir un facteur de conflit dans les prochaines décennies. Il est dans l’intérêt de tous  de stopper ce nouveau fléau d’agro-colonialisme et de redoubler d’efforts pour que l’investissement des terres se face au profit des populations autochtones et non comme un instrument d’avant garde à la solde des multinationales agroalimentaires qui ont déjà causé assez de chaos dans le monde.

 

Sources :

https://www.grain.org/fr/article/entries/5508-accaparement-mondial-des-terres-agricoles-en-2016-ampleur-et-impact

http://www.agenceecofin.com/industrie/0709-40677-accaparement-illegal-de-terres-l-administration-americaine-accusee-d-avoir-fait-pression-sur-les-autorites-camerounaises

http://www.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/la-chine-est-elle-un-acteur-majeur-de-l%E2%80%99accaparement-des-terres-en

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.