L’anthropocène : un changement d’époque géologique imminent

Article faisant partie d’un dossier sur l’Anthropocène avec l’article de Camille (lien)

L’Homme laisse ses empreintes sur l’environnement depuis des millénaires. Cependant, depuis quelques décennies, ces traces deviennent de plus en plus durables, voire irréversibles. Les activités humaines interfèrent dorénavant avec les cycles naturels et une nouvelle ère géologique a dû être définie : l’Anthropocène.

gilles

https://pixabay.com/fr/globe-terre-planet-main-donjon-907709/

 

Ce terme a été popularisé à la fin du XXème siècle par le météorologue et chimiste de l’atmosphère Paul Crutzen, prix Nobel de chimie en 1995. Selon lui, cette époque aurait débuté avec la révolution industrielle, au XVIIIème siècle. La prise de conscience des conséquences de l’homme sur son environnement s’est développée avec le Club de Rome de 1972 et la publication du rapport « Limite de la croissance ».

Qualification de l’époque

A l’occasion du 35ème Congrès international de stratigraphie (du 27 août au 4 septembre), le groupe de travail sur l’Anthropocène (AWG – Anthropocene Working Group) a émis ses conclusions : l’époque de l’Anthropocène a bel et bien commencé. Il reste alors à trouver un indicateur unifié de l’Anthropocène, c’est-à-dire un point de référence identifiable dans l’ensemble des strates de la Terre. Sur cette base, il présentera à la sous-commission de stratigraphie du quaternaire la proposition d’une unité formalisée définissant l’Anthropocène. Puis celle-ci devra être approuvée par la Commission internationale de stratigraphie, et enfin par le Congrès international de géologie. Si l’Anthropocène est adopté, cela signifiera la fin de notre période actuelle de l’Holocène (période interglaciaire).

Critères et conséquences

Le principal indicateur de l’activité humaine est le réchauffement climatique (+4°C en moyenne sur 100 ans). L’homme a tellement interféré avec son environnement durant les trois derniers siècles qu’il en a changé la composition chimique de l’air et qu’une nouvelle couche géologique témoignant des activités de l’homme se dépose sur toute la planète. Dans cette couche, on retrouve : des radionucléides, des phosphates et nitrates utilisés dans l’agriculture industrielle, la prolifération des particules de plastique, la modification chimique du cycle du carbone, des traces d’insecticides et d’acaricides sur la majorité des plantes de la planète.

Cette interférence s’est notamment accentuée ces dernières décennies. L’activité exponentielle peut également être retenue comme critère de changement d’époque. Les géologues se demandent alors si le changement d’époque peut être caractérisé par l’activité humaine.

Même si dans le fond, il ne s’agit que d’un changement de nom, les conséquences dépassent largement le domaine de la géologie. En effet, l’économie, par exemple, ne prend pas en compte la terre et l’environnement dans ses calculs, ou alors marginalement, alors qu’on ne peut plus l’ignorer.

 

Sources :

http://www.igbp.net/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropoc%C3%A8ne

http://www.actu-environnement.com/ae/news/anthropocene-nouvelle-epoque-geologique-27430.php4

https://articleanthropocene.wordpress.com/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *