Loi sur la biodiversité : une espérance pour les abeilles

Partout dans le monde depuis quelques décennies, les populations d’abeilles diminuent. L’usage des phytosanitaires (produits permettant de soigner ou de prévenir les maladies des organismes végétaux) a accéléré cette mortalité.

gils

https://pixabay.com/fr/abeille-sting-abeille-%C3%A0-miel-ailes-259983/

Ce phénomène a un nom : le « syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles » (Colon Collapse Disorder, CCD en anglais). Cela se traduit par la disparition des abeilles des ruches, généralement à la sortie de l’hiver. Aux Etats-Unis, environ 25% des abeilles domestiques ont disparu au cours de l’hiver 2006-2007. Dans certaines zones, cette proportion peut atteindre 90%.

Des causes multiples

Depuis les années 1970, l’utilisation des phytosanitaires a été interdite pendant la période de fleuraison. En effet ces produits intoxiquent les abeilles et favorisent le développement des infections parasitaires comme la varroose.

Cependant, à partir des années 1990, les insecticides systémiques sont utilisés massivement : le produit se diffuse dans toute la plante et tout au long de sa croissance, les abeilles ingérant ce produit se retrouvent alors désorientées et ne parviennent plus à retrouver leurs ruches.

Enfin, l’apparition et la propagation du frelon asiatique en Europe rajoutent un danger supplémentaire pour les abeilles. Les frelons asiatiques sont très agressifs et peuvent décimer une colonie en quelques jours.

Les conséquences de ces disparations

Ce syndrome est jugé très préoccupant par tous les secteurs d’activités. Les abeilles ont en effet un important impact écologique et économique. Selon l’INRA, la production de 84 % des espèces cultivées en Europe dépend directement des pollinisateurs, qui sont à plus de 90 % des abeilles domestiques et sauvages.

Le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », adopté le 20 juillet 2016, marque une nette avancée sur le dossier des insecticides néfastes pour les pollinisateurs. Elle prévoit l’interdiction des pesticides contenant des néonicotinoïdes, dont l’effet néfaste sur les abeilles a été démontré (celles-ci ne retrouvent pas le chemin de la ruche). L’Assemblée Nationale a finalement conservé une interdiction pour le 1er septembre 2018, mais assortie de dérogations mal définies jusqu’en 2020. Cette décision ne semble donc pas à la hauteur de l’enjeu et de l’urgence.

 

 

Sources :

http://www.dtic.mil/dtic/tr/fulltext/u2/a469929.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27effondrement_des_colonies_d%27abeilles#cite_note-Johnson_2007-9

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2016/8/8/2016-1087/jo/texte

http://www.notre-planete.info/actualites/4507-loi-biodiversite-nature-paysages

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.