La mutation capitale du système éducatif au service du développement durable

L’éducation doit connaître un tournant radical pour relever les défis du XXIème siècle particulièrement en matière de développement durable, souligne un rapport de l’Unesco du 6 septembre 2016. Garantir l’accès à l’éducation pour tous est un vecteur indispensable pour promouvoir les chances de réussite et parvenir à un enseignement universel d’ici 2030.

education

Source de la photo 

Le retard de l’éducation, frein à l’apprentissage du développement durable par les jeunes

Dans le rapport publié le 6 septembre 2016, l’Unesco insiste sur l’urgence d’accélérer l’éducation au développement durable pour atteindre l’objectif fixé par les Nations Unies d’ici l’horizon 2030 de scolariser tous les enfants au système éducatif. Ce 4ème objectif de développement durable va accuser un certain retard d’après les prévisions de l’Unesco. En effet, « au rythme actuel, le monde parviendra à un enseignement primaire universel en 2042, à un enseignement secondaire du premier cycle en 2059 et secondaire du second cycle universel en 2084 ». Ces prévisions creusent un fossé important entre les objectifs annoncés et la réalité : près d’un demi-siècle de retard. Bien que 263 millions d’enfants de 6 à 17 ans ne sont toujours pas scolarisés et qu’ils représentent plus d’un 1.5 milliard d’individus de cette tranche d’âge, le système éducatif doit intensifier ses efforts pour répondre au bien-être et à l’avenir de la planète.

Les programmes scolaires n’insistent pas assez sur la nécessité de protéger son environnement comme vecteur de bien-être des populations. Le respect de l’environnement par les entreprises, la maîtrise de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, la transmission des connaissances du dérèglement du climat et de ses conséquences sont autant de sujets préoccupants que la maitrise de la fécondité chez les femmes. L’éducation peut changer la donne en transmettant aux jeunes les clés du savoir afin qu’ils puissent mettre en œuvre les solutions de demain. Ce sont tous ces facteurs qui contribueront à une croissance durable avec l’inclusion des jeunes au cœur de son développement.

Le devoir d’aller plus loin qu’une simple transmission de connaissances

Le rapport met en exergue des inégalités importantes qui sont révélatrices de la fracture entre les pays développés et les pays plus défavorisés qui sont plus durement touchés par cette tendance. Pour le rapport de l’Unesco, il ne s’agit pas d’une simple transmission de connaissances dans les systèmes éducatifs, mais de sensibiliser les jeunes au cœur des préoccupations planétaires en leur donnant la motivation d’apporter des solutions durables et pérennes.

Le rapport de l’Unesco avance l’hypothèse que l’éducation des filles et des femmes ont une incidence notable sur la réduction des effets des catastrophes. Le rapport insiste sur le fait que pour « lutter contre les effets du changement climatiques, il est plus efficace d’élargir l’accès à l’éducation que d’investir dans des infrastructures comme les digues ou les systèmes d’irrigation ». Autrement dit, il ne faut pas corriger les conséquences désastreuses du changement climatiques en aval mais repenser le système en promouvant des solutions à la source.

L’environnement n’est pas la seule facette du développement durable

La dénonciation de la carence de l’incorporation de l’environnement dans les programmes ne se limite pas à cette problématique car d’autres aspects sont aussi essentiels. Le rapport de l’Unesco prône le respect des usages des langues locales et le respect des cultures minoritaires dans l’éducation. En effet, l’enseignement est parfois dispensé dans des langues que les élèves ne comprennent pas. Comment enseigner des savoirs si les élèves ne maîtrisent pas la langue ? C’est pourquoi, il est important de faire valoir la pratique des langues autochtones pour assurer de manière propice la préservation des écosystèmes. Par exemple, les Etats-Unis ont mis en relation des élèves issus de l’Alaska Rural Systemic Initiative au contact de communautés qui leur ont inculqué des savoirs traditionnels.

 

Sources :

http://www.europe1.fr/societe/education-il-faut-parler-denvironnement-a-lecole-2838733

http://www.lesoleil.sn/actualites/item/54896-objectifs-de-developpement-mondiaux-le-nouveau-rapport-prone-une-evolution-de-l-education.html

http://www.lemonde.fr/demographie/article/2016/09/06/l-education-doit-mieux-faire-pour-une-planete-durable_4992978_1652705.html

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *