Les 7 principes de l’agriculture écologique pour une alimentation saine

Greenpeace, organisation internationale mondialement connue en matière de protection de l’environnement, vient de publier une étude intitulée « L’agriculture écologique » qui vise à améliorer l’agriculture et l’alimentation.

serg

Selon cette étude, l’agriculture écologique « combine la science et de l’innovation moderne dans le respect de la nature et de la biodiversité. Elle assure l’agriculture saine et une alimentation saine. Elle protège le sol, l’eau et le climat. Elle ne contamine pas l’environnement avec des intrants chimiques ou l’utilisation des cultures génétiquement modifiées. Et elle met les gens et les agriculteurs – consommateurs et producteurs, plutôt que les sociétés qui contrôlent notre nourriture maintenant – en son cœur même. Elle est une vision de la durabilité, l’équité et la souveraineté alimentaire dans laquelle des aliments sains et en bonne santé sont cultivés pour répondre aux besoins fondamentaux de l’homme, et où le contrôle de l’alimentation et de l’agriculture repose avec les communautés locales, plutôt que de sociétés transnationales. »

L’étude mentionne que seulement si un meilleur rapport à la terre et aux personnes travaillant dans le domaine est trouvé que la possibilité de développer une agriculture véritablement durable pourra être réalisée. L’agriculture doit être un moyen de protéger l’environnement et la santé.

Ainsi, l’étude a été intitulée «L’agriculture durable : Les 7 principes pour un modèle qui se concentre sur les gens”. Greenpeace s’est basée sur un système qui inclue les innovations scientifiques permettant la production d’aliments dans un travail avec la nature, pas contre elle. Selon l’étude, pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de respecter les principes suivants :

 

  • La chaîne alimentaire : Permettre le contrôle de la chaîne alimentaire aux personnes qui ont effectivement produit les aliments et aux personnes qui les consomment, en excluant les grandes entreprises qui exploitent le secteur.

 

  • La souveraineté alimentaire: Le développement rural découle de l’agriculture durable, et permet ainsi de lutter contre la faim et la pauvreté, en assurant aux collectivités rurales une disponibilité de l’alimentation saine, sûre et facilement accessible.

 

  • Les petites productions et grandes consommations: Ce serait le développement des plantations dans les maisons ou dans les jardins familiaux et communautaires. Il s’agirait de réduire la consommation de viande afin de permettre une meilleure utilisation des terres pour les cultures, en évitant la perte de terres pour le bétail et causant une déforestation. Il faudrait éviter de gaspiller l’eau et la nourriture et donner la préférence à l’alimentation des petits producteurs sur les grands supermarchés.

 

  • Biodiversité : La biodiversité des aliments devrait également être mieux perçue et utilisée par le consommateur, qui doit toujours chercher une alternance dans son choix de consommation alimentaire.

 

  • La fertilité des sols : Préserver la fertilité des sols pour les plantations, en évitant l’utilisation de poisons qui aboutissent à la destruction de la terre. Cette recherche de la fertilité devrait appliquer le principe du risque le plus faible quant à la production alimentaire.

 

  • Les engrais: Les engrais sont un problème majeur dans les pays en développement et dans un contexte de besoin d’une production alimentaire à grande échelle. Pour les pays situés dans une zone forestière avec la présence de nombreux insectes (comme le Brésil), l’incitation sera à l’innovation scientifique permettant l’élimination des parasites sans avoir à utiliser des pesticides.

 

  • Renforcer l’agriculture : L’un des grands défis de ces dernières années est de replacer l’agriculture à sa place importante grâce à de nouvelles techniques. L’agriculture doit toujours être en avance dans les politiques publiques, en exigeant des gouvernements des mesures pour renforcer le système agricole.

 

Ce que l’on peut retenir de cette étude menée par Greenpeace est la nécessité de repenser l’agriculture d’une manière durable, en valorisant le producteur et visant une meilleure consommation alimentaire.

Sources :

https://www.greenme.com.br/informar-se/agricultura/1862-agricultura-sustentavel-7-propostas-para-um-futuro-ecologico

http://www.greenpeace.org/international/en/publications/Campaign-reports/Agriculture/Food-and-Farming-Vision/

http://www.jdbn.fr/lagriculture-ecologique-en-7-principes-cle/

http://www.greenpeace.org/belgium/fr/vous-informer/agriculture/blog/les-7-principes-de-lagriculture-cologique/blog/52920/

http://greencountries.net/article?bes=8466e2724cc9405086ee70e7543e1a87b27a084f

Photo :

http://www.sepaf.ms.gov.br/agricultura-sustentavel-para-o-amanha/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.