Les énergies marines en France

La France possède 349 000 km² d’espaces maritimes et 5853 km de longueur de traits de cotes sous sa juridiction rien qu’en métropole. Elle a donc l’espace pour y installer des éoliennes, ainsi qu’un fort potentiel énergétique (entre 2,5 et 3,5 GW) lié aux courants marins, ce qui en fait le second d’Europe.  Quel est l’état de cette “filière en devenir” en 2016 et quels sont les perspectives de croissance ?

Sheringham

Parc éolien offshore de Sheringham

Du retard accumulé

François Hollande avait déclaré en 2012 vouloir faire de la France “le leader européen des énergies marines renouvelables”. Au second semestre 2015, les premières hydroliennes ont été raccordées au réseau électrique. Cependant, l’objectif est encore loin d’être atteint.

La France a beau être pionnière dans les énergies marémotrices (utiliser le flux et reflux de la marée pour produire de l’électricité), cette technologie ne fait plus l’objet de recherche car elle nécessite de très lourds investissements.

Et parmi les technologies actuellement développées, le pays est bien souvent en retard.

Eolien offshore

C’est la seule technologie actuellement exploitée au niveau industriel dont le Royaume-Uni en est le leader. Aucune éolienne offshore n’est actuellement en fonction en France, malgré 6 projets de parcs éoliens en mer lancés en 2011 et 2013 à la suite d’appel d’offres. En effet, un retard conséquent a repoussé leur mise en service jusqu’en 2020, en raison des restructurations industrielles du secteur de l’énergie et de recours juridiques des associations anti-éoliennes. Un troisième appel d’offres a cependant été lancé en avril.

L’objectif posé par le Programme Pluriannuel de l’Energie est l’installation de 3 GW à l’horizon 2023, soit l’équivalent des six parcs déjà programmés. Pourtant, le Grenelle de l’environnement avait fixé un objectif de 6GW pour 2020.

Eolien flottant

Pour des profondeurs supérieures à 50 m, il est préférable d’y recourir pour des raisons techniques et économiques. En outre, ce système permet de s’éloigner des côtes et de bénéficier de vents plus forts et plus réguliers.

Plusieurs technologies sont en cours de développement. Il n’existe pour le moment que des prototypes à l’essai.

En France a été lancé en août 2015 un appel à projets pour des fermes pilotes. 4 sites ont été identifiés pour accueillir de petites unités d’ici 2019-2020, et éventuellement, par la suite, un appel d’offres commercial aura lieu.

Hydroliennes

Le Royaume-Uni est en train de tester plusieurs machines. La France a repéré 2 secteurs possédant des courants très forts et a débuté des projets pilotes. De plus, 2 unités ont été implantées et devraient être raccordées au réseau d’électricité cet été pour constituer la première ferme hydrolienne au monde. La puissance installée envisagée pour 2023 est de 100 MW.

Les autres technologies

Elles ne sont encore qu’au stade de l’exploration.

L’énergie houlomotrice produite par le mouvement des vagues a du potentiel. Si des projets sont actuellement en élaboration, il n’y a pas encore eu de prototype concluant.
L’énergie thermique des mers exploite la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes. La France est déjà présente avec un projet de démonstrateur Nemo de 16 MW.
Enfin, l’énergie osmotique, qui tire avantage de la différence de concentration de sel entre eaux douces fluviales et eaux marines, fait l’objet de recherches.

 

Ainsi, la France accuse un léger retard, mais la dynamique est lancée. Il s’agit maintenant d’atteindre une rentabilité avec des projets de grande envergure permettant des économies d’échelle.

Le marché ne cesse d’évoluer, de nombreuses entreprises ont réussi à perfectionner leurs technologies d’énergie marine et à déployer de nouveaux appareils, ou des appareils améliorés.

 

 

Sources :

 

http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/05/31/eoliennes-hydroliennes-ou-en-sont-les-energies-marines-en-france_4929642_1653054.html

http://www.ren21.net/wp-content/uploads/2016/06/GSR_2016_KeyFindings_FRENCH.pdf

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/17/transition-energetique-ou-en-est-la-france-en-matiere-d-energies-renouvelables_4903791_4355770.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.