LE BRÉSIL EST-IL VRAIMENT LE PAYS PLUS DANGEREUX POUR LES DEFENSEURS DE L’ENVIRONNEMENT ?

Selon une étude d’une ONG, 185 personnes défenseurs de l’environnement ont été tuées dans le monde, dont 50 au Brésil, le pays avec la plus grande diversité d’environnement du monde. Cependant, ce nombre ne peut pas refléter la réalité.

Governo do Acre

Pour Gleilson Miranda / Governo do Acre, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24286118

L’étude a été publiée par l’Organisation Non Gouvernementale – ONG – appelée Global Witness, dont l’activité est de repérer les cas de corruption dans le monde, ainsi que l’agressivité et les problèmes qui sont directement liés à l’environnement. Selon elle, le pays le plus dangereux au monde pour les défenseurs de l’environnement en 2015 est le Brésil.

Selon Global Witness, en 2015, 50 décès ont été enregistrés au Brésil (5ème plus grand pays) sur un total de 185 décès dans le monde, ce qui lui a valu la première place dans le classement des pays les plus dangereux pour la protection de l’environnement.

Dans une étude rendue publique le 20 juin dernier, l’ONG Global Witness a publié un article, intitulé « Dangerous Ground », avec des chiffres alarmants sur le nombre de personnes tuées pour les causes environnementales qu’elles défendaient.

Selon le rapport, de 2010 à 2015, au Brésil seulement, plus de 200 personnes ont été tuées pour des raisons environnementales. Bien que préoccupant, le nombre déclaré par l’ONG ne tient pas compte de la taille du territoire brésilien composé de plus de 3 millions de mètres carrés de bois et de forêts. Une analyse proportionnelle de ces chiffres serait nécessaire.

Un exemple est la forêt amazonienne, avec plus de 5,5 millions de mètres carrés, et dont 60 % se trouve sur le territoire brésilien est dont les frontières ne sont pas considérées á l’abri des invasions externes en termes de securité. En fait, le pays considéré comme la 6ème plus grande économie dans le monde devrait empêcher le nombre croissant de décès dus à des causes environnementales. Cependant, le chifre qui a été publié pour le ONG par rapport à d’autres pays et la taille de leurs territoires serait plus petite et pas tellement significative. La protection des forêts au Brésil a toujours été une question controversée dans le monde entier, avec les défenseurs de l’environnement, y compris le territoire de l’Amazonie, qui offensent certainement la souveraineté du Brésil. « Protéger les défenseurs de la terre et de l’environnement est essentiel, non seulement pour le bien de la justice et des droits fondamentaux de l’homme, mais pour notre survie collective », dit le document.

Mais l’étude ne dit pas que dans de nombreuses zones encore occupées par des populations autochtones, il y a une percée majeure pour les entreprises et les groupes économiques. Ces derniers ont un intérêt direct dans l’exploitation des ressources naturelles. Les peuples autochtones finissent souvent par permettre l’exploitation en échange d’avantages, ce qui finit par causer parfois des intérêts contradictoires avec les défenseurs de l’environnement.

En mai 2012, dans un article publié dans l’un des plus grands journaux du Brésil, l’État de São Paulo annonce avoir prévu des contrats entre les entreprises nationales et étrangères. Par exemple, un contrat a autorisé une société irlandaise à exploiter pendant plus de 30 ans une zone deux fois plus grande que le Portugal pour un montant de 120 millions de dollars.

Le gouvernement brésilien en est venu à estimer, à l’époque, l’existence d’au moins 30 de ces contrats.

Le problème est grave mais le gouvernement brésilien a travaillé malgré les problèmes de moyens et de légalité.

Il faut également noter que, parfois, certaines clauses sont illégales mais protégées par un camouflage de protection de l’environnement car les intérêts sont divers et contradictoires avec l’environnement lui-même. Ainsi, on peut dire que les chiffres sont alarmants, mais l’ONG devrait enquêter sur les véritables causes.

Sources :

https://www.globalwitness.org/en/reports/terreno-peligroso/

http://g1.globo.com/natureza/noticia/2016/06/brasil-pais-mais-violento-para-os-ambientalistas-em-2015.html

https://www.greenme.com.br/informar-se/ambiente/3611-brasil-e-o-pais-mais-violentos-para-defensores-do-meio-ambiente

http://ciencia.estadao.com.br/noticias/geral,por-milhoes-de-dolares-indios-vendem-direitos-sobre-terras-da-amazonia,846761

Photo : Por Gleilson Miranda / Governo do Acre – http://www.flickr.com/photos/fotosdoacre/3793142013, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24286118

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.