Brexit : quel impact pour l’Union de l’Energie ?

[Dossier Brexit] La Grande Bretagne menace de quitter l’Union Européenne : le 23 juin 2016 un référendum national soumettra la question à la population. Mais si cet Etat insulaire se retire de l’Union, cela pourrait altérer son approvisionnement en électricité.

 Brexit

brexit

Source image

L’objectif de l’Union de l’énergie est d’agir, dans un esprit de solidarité entre les Etats membres, pour : assurer la sécurité d’approvisionnement, promouvoir l’interconnexion des réseaux entre Etats membres, renforcer la concurrence ainsi que promouvoir l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

De plus, l’Union Européenne s’est fixée pour objectif d’atteindre 10% d’interconnexions électriques entre les Etats membres pour 2020, afin de développer l’intégration des réseaux à l’échelle européenne.

Cependant, si la Grande Bretagne quitte effectivement l’Union, les projets entrepris seront interrompus et le pays ne serait plus nécessairement intégré aux négociations visant à l’harmonisation des prix et à l’unification du marché. Au contraire, il est probable qu’il doive alors négocier de manière indépendante avec chacun des Etats de l’Union et avec les Etats tiers, ne bénéficiant plus du pouvoir de négociation de l’Union.

Quel rôle le pays pourra-t-il jouer dans les négociations ?

La Grande Bretagne a joué un rôle prépondérant dans la libéralisation du marché énergétique européen et il est probable que dans le cas d’un Brexit, le pays négocie pour rester membre de l’ACER (Agence Européenne des Régulateurs de l’Energie) ainsi que de l’ENTSO-E / ENTSO-G (réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport de l’électricité et du gaz), dont le régulateur britannique, National Grid, fait actuellement partie. Dans ce cas, il pourra garder une place dans l’Union de l’énergie et ainsi maintenir un statut semblable à celui de la Norvège, qui ne fait pas partie de l’Union mais est quand même intégrée aux négociations avec les 28 Etats membres.

Toutefois, certaines interconnexions reliant deux Etats membres sont déjà négociées de manière bilatérale et sont donc moins influencées par l’appartenance de la Grande Bretagne à l’Union ; tel est le cas par exemple pour le projet d’interconnexion Viking Line reliant le réseau électrique Danois avec le réseau Britannique.

Mais dans le cas d’un Brexit dans lequel la Grande Bretagne abandonne également sa place au sein des instances de négociations de l’Union de l’énergie, le pays se trouvera alors libéré des régulations concernant le développement des énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficacité énergétique et les émissions de gaz à effet de serre et pourra alors se fixer des seuils moins contraignants mais nuisibles au changement climatique.

L’incertitude, un frein à l’investissement

Cette situation génère de l’incertitude qui est néfaste pour l’activité économique, entre autres parce qu’elle freine les investissements dans le secteur énergétique.

La Grande Bretagne pourrait ainsi souffrir de l’abandon du soutien financier de l’Union, notamment de la banque européenne d’investissement, qui contribue largement au financement de projets pour la réalisation de nouvelles infrastructures et de développement du réseau électrique. A titre d’exemple, en 2014, le Royaume Uni a bénéficié d’une participation de la Banque Européenne d’Investissement à hauteur de 3,5 milliards d’euros pour des projets énergétiques.

Cependant, il faut noter que le secteur du gaz serait bien moins affecté par un éventuel Brexit que celui de l’électricité, dans la mesure où le système d’infrastructures gazières est déjà performant. Il y a en effet plusieurs sources d’importations : trois interconnexions par gazoduc ainsi que trois terminaux méthaniers pour l’import du Gaz Naturel Liquéfié, ce qui semble suffisant pour l’approvisionnement du pays.

 

[Dossier BREXIT]

Calculating the complex effects of Brexit on the environment

 

Sources :

http://www.euractiv.com/section/energy/news/uk-energy-links-to-europe-at-risk-from-brexit-analysts-warn/

http://www.nortonrosefulbright.com/knowledge/publications/136979/impact-of-a-brexit-on-the-energy-sector

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.