Innovation sur l’hydrolien français: la « Sabella D10 » et le projet de décarbonisation de l’île d’Ouessant

 

Spécialisée dans l’énergie maritime renouvelable, l’entreprise quimpéroise Sabella fait figure de pionnière en matière d’ingénierie hydrolienne suite au succès en 2008 de la «Sabella D03», première hydrolienne sous-marine. Et l’entreprise ne compte pas en rester là…

Démonstrateur hydrolienne Sabella D10 à Brest. (Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hydrolienne_Sabella_D10.JPG?uselang=fr)

Démonstrateur hydrolienne Sabella D10 à Brest.
(Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hydrolienne_Sabella_D10.JPG?uselang=fr)

L’immersion réussie de la Sabella D10

Le 25 juin 2015, la Sabella D10, une hydrolienne, constituée d’un rotor de 10 mètres de diamètre de conception 100% française, a été posée au fond du passage du Fromveur, situé entre la côte brestoise et l’île d’Ouessant. La commune d’Ouessant, du fait de son éloignement géographique (15km), n’a jamais été rattachée au réseau EDF. Il s’agit de la première hydrolienne raccordée au réseau électrique national. Avec une puissance de 500kW pour un courant de 3 m/s, l’hydrolienne devrait couvrir entre 15% et 30% des besoins en électricité des habitants d’Ouessant. Un protocole de suivi expérimental a été défini afin de mesurer l’impact du dispositif sur la faune et la flore locales.

Sur le plan technique, les turbines de l’hydrolienne sont posées sur le fond marin sans aucune emprise en surface (un des signes caractéristiques de la conception Sabella). Elles sont orientées face aux courants, et captent le flot grâce à leurs pales symétriques. Autre caractéristique : le rotor est activé par le flux maritime à faible vitesse (10 à 15 tr/min). Afin de mener à bien son projet, Sabella a notamment été soutenue par le gouvernement français via le programme « Investissements d’Avenir », par la région Bretagne et l’Union Européenne grâce à une subvention FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) et par l’Ademe.

Eussabella et les fermes pilotes

La Sabella D10 est la première étape d’un projet plus ambitieux encore. Eussabella, estimée à 13 millions d’euros, a pour objectif de faire de l’île d’Ouessant un modèle énergétique autonome et hybride, composé d’hydroliennes et de solutions de stockage. Cela supposerait l’implantation de 2 à 4 hydroliennes supplémentaires. Ce nouveau dispositif, qui viendrait se substituer à la centrale thermique au fuel initiale, consisterait en une ferme pilote à l’image de celles déjà validées par le gouvernement en décembre 2014 au Raz-Blanchard (Basse-Normandie), avec un total de 20 MW attendus. La ferme pilote d’Ouessant couvrirait alors jusqu’à 70% des besoins énergétiques des habitants: un exemple mondial en termes de modèle énergétique des îles… Pour l’heure, les résultats d’exploitation de la Sabella D10 sont attendus, avant de demander le feu vert aux autorités nationales.

Rappelons que l’énergie hydrolienne, moins intermittente que le solaire et l’éolien, est une énergie à exploiter en France avec un potentiel estimé entre 2 et 3 GW.

 

Sources :

http://www.sabella.fr/index.php

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Sabella-D10-la-premiere.html

http://www.sabella.fr/src/com_press/DOSSIER%20PRESSE%20-RDV%20SABELLA%20-

%20REGION%20BRETAGNE%202011.pdf

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20150625.AFP2128/l-hydrolienne-sabellaimmergee-

avec-succes-au-large-d-ouessant.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.