Etre les acteurs du changement que nous souhaitons pour notre monde ? C’est possible ! (Partie 2)

Cet article fait partie du dossier COP21 : Après notre semaine COP21 à Paris, nous vous présentons une série d’articles pour partager avec vous notre point de vue sur les évènements auxquels nous avons assisté et qui nous ont marqué – conférences, débats, expositions, manifestations, documentaires.

Suite de l’article « Etre les acteurs du changement que nous souhaitons pour notre monde ? C’est possible ! », présentant le débat « C’est possible ! » auquel notre promotion a assisté à la Villette, le 5 décembre 2015.

 

hko

Source de l’image : https://www.flickr.com/photos/97513256@N06/9044197386

 

Rob Hopkins : cofondateur du mouvement des villes en transition

L’un des personnages du film Demain, Rob Hopkins a initié à Totnes (Royaume-Uni) le développement d’un nouveau mode de fonctionnement des villes à partir de la permaculture. L’idée prônée par cette démarche est de passer d’un système dépendant du pétrole à une résilience locale, notamment en prenant soin de la terre et en partageant équitablement les ressources. Pour ce faire, il est nécessaire de développer des circuits courts (alimentaire, énergétique,…) locaux régis par les citoyens eux-mêmes. Ainsi ce processus, géré par et pour les habitants, permet de favoriser la solidarité et la coopération entre ces derniers, tout en apportant des profits à la localité. Cela passe par la création de jardins collectifs, ou encore par la fabrication d’une monnaie locale. Comme le dit si justement Rob avec un large sourire « On peut le faire, alors pourquoi pas ? »

Emmanuel Druon : chef de l’entreprise Pocheco, innovatrice en matière d’économie circulaire

Autre acteur du changement présenté dans le film Demain, l’entreprise Pocheco d’Emmanuel Druon est un exemple parfait d’économie circulaire. Par exemple l’usine est autonome pour ses besoins en eau et la production d’électricité est assurée par des panneaux photovoltaïques. En  matière d’environnement, les impacts sont minimisés puisque presque tout est recyclé afin de réduire la production de déchets, et pour chaque arbre abattu pour obtenir du papier, quatre autres sont replantés. Autre point et non des moindres, tous les bénéfices générés sont directement réinvestis dans l’entreprise afin d’optimiser son fonctionnement et  d’améliorer le cadre de vie des employés.

 

Il ne s’agit ici que d’un bref aperçu de plusieurs exemples d’engagements visant à élaborer un autre futur pour nos enfants, afin de montrer que l’espoir perdure et que n’importe qui sur cette terre peut y contribuer. A tous les sceptiques ou défaitistes, nous répondrons en citant Edmond Rostand « On ne se bat pas dans l’espoir du succès. C’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » Alors oui, citoyens du Monde, si dès maintenant nous agissons et œuvrons tous ensemble dans une même direction, c’est possible !

Pour en savoir d’avantage :

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.