Etre les acteurs du changement que nous souhaitons pour notre monde ? C’est possible ! (Partie 1)

Cet article fait partie du dossier COP21 : Après notre semaine COP21 à Paris, nous vous présentons une série d’articles pour partager avec vous notre point de vue sur les évènements auxquels nous avons assisté et qui nous ont marqué – conférences, débats, expositions, manifestations, documentaires.

fze

“C’est possible !” avec Paul Watson de Sea Shepherd

Depuis près de deux semaines le monde entier a les yeux tournés vers le Bourget à Paris, et tout un chacun espère l’adoption de mesures concrètes en vue de contrer le réchauffement climatique. Toutefois, la COP21 ne se résume pas aux seules tractations et tergiversations officielles. En effet, la vingt-et-unième conférence des parties, a également été l’occasion d’interpeller l’ensemble de la société vis-à-vis de la nature du monde que nous souhaitons léguer à nos enfants. A l’instar de Cyril Dion qui, dans la droite lignée de son dernier film : Demain, a animé aux côtés de Lionel Astruc (journaliste, écrivain et spécialiste en développement durable) le colloque « C’est possible ! » le 5 décembre à La Vilette. Pendant près de deux heures, plusieurs acteurs majeurs en matière environnementale se sont succédés pour démontrer de manière inspirante que des solutions existent  et qu’elles sont à la portée de tous.

Aujourd’hui, il est temps de faire notre le crédo de Gandhi si célèbre : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Vandana Shiva : fondatrice de l’association Navdanya, prix Nobel alternatif en 1993

Première à prendre la parole, Vandana Shiva nous a rappelé qu’il est urgent que les sociétés civiles prennent enfin en main leur destin au niveau local. En effet, il serait vain d’attendre sempiternellement que des changements soient initiés par la sphère politique ou par les entreprises, pour qui, les intérêts financiers de courts termes priment sur la santé des écosystèmes et sur les droits humains. Par exemple son association Navdanya lutte en Inde contre l’agriculture intensive des multinationales, en aidant plus de 10 000 fermiers à développer des méthodes d’agriculture biologique. N’attendons plus, le geste écologique est l’affaire de nous tous ici bas.

Paul Watson : fondateur de Sea Shepherd Conservation Society, éco-guerrier

Mondialement reconnu et célébré pour sa lutte permanente de protection des océans, Paul Watson a ensuite une nouvelle fois évoqué l’état exécrable de l’écosystème marin, pourtant indispensable à la vie sur Terre. Or nous sommes tous responsables de la dégradation de la vie marine, à l’instar de la surpêche qui n’est que le fruit d’une demande croissante de la part des consommateurs. Sans nécessairement s’engager dans une confrontation directe, comme le font à chaque instant les membres de Sea Shepherd, Paul Watson a rappelé que nous pouvons tous contribuer au changement (adoption d’une alimentation vegan, dénonciation des pratiques illégales…). Pourquoi ne pas le faire ? On ne saurait mieux y répondre que Paul Watson lui-même « Ce n’est pas une question de succès ou d’échec, mais c’est tout simplement la seule chose à faire. »

Lamya Essemlali : présidente de Sea Shepherd France, éco-guerrière

Au cours de son intervention, Lamya a justement rappelé que l’important est de s’engager pour bâtir un monde durable pour nos enfants, quelque soit notre degré d’implication. En effet, personne n’aura jamais le même engagement que ce soit en termes de méthodologie ou d’entrain. Par conséquent il est essentiel de ne pas juger des conduites différentes de la sienne, mais d’œuvrer tous ensemble dans une même direction.

Etre les acteurs du changement que nous souhaitons pour notre monde ? C’est possible! (Partie 2)

Pour en savoir d’avantage :

Sea Shepherd : http://www.seashepherd.fr/; http://www.seashepherd.org/ ;

Navdanya : http://www.navdanya.org/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.