Le climat à quel prix?

Cet article fait partie du dossier COP21 : Après notre semaine COP21 à Paris, nous vous présentons une série d’articles pour partager avec vous notre point de vue sur les événements auxquels nous avons assistés et qui nous ont marqué – conférences, débats, expositions, manifestations, documentaires…Le climat à quel prix

Quel est la principale difficulté à l’application d’un prix au carbone ?

Il est difficile aujourd’hui de donner un prix au carbone sans pénaliser nos niveaux de vie. En effet, l’introduction d’une nouvelle valeur dans la répartition des revenus entre le Nord et le Sud bouleverse les courbes économiques. Qui paie ? Qui gagne ? Comment répartir la somme entre les pays développés, les pays émergents et les pays en voie de développement ? L’introduction d’un prix au carbone modifie la répartition des revenus. Ainsi, il y a une difficulté pour donner une valeur au carbone. Les pays émergents et les pays en développement recherchent une certaine équité derrière le prix du carbone parce qu’ils ne s’estiment pas responsables du dérèglement climatique actuel.

Quels sont les instruments qui peuvent être utilisés pour réguler les émissions de gaz à effet de serre ?

Au niveau international, sur le fondement du Protocole de Kyoto, les Etats doivent fournir leurs contributions nationales des émissions de gaz à effet de serre de leur territoire. Le futur accord de la COP21 sert à réviser ou à négocier notamment ces contributions nationales pour les grimper à la hausse en introduisant de nombreux instruments.

Tout d’abord, il y a un mécanisme de mesures et de vérifications des contributions des Etats. Cet instrument permet de faire un état des lieux et un état d’avancement des Etats dans leur prise d’engagement. Ensuite, il y a des instruments financiers comme par exemple la promesse des 100 milliards d’euros par an établi à la COP15 de Copenhague. Les pays développés doivent verser cette somme chaque année d’ici 2020 pour que les pays en voie de développement puissent s’adapter au réchauffement climatique. Enfin, il existe des instruments économiques comme l’introduction du prix du carbone dans l’économie.

Ces instruments doivent essayer de prendre le contre-pied des difficultés rencontrées. En effet, il y a une tarification du coût du carbone sous nos pieds mais pas celui du coût du carbone lancé dans l’atmosphère. Il n’est pas pris en compte le coût du dommage climatique associé aux émissions de gaz à effet de serre. De plus, le système qui mesure les émissions de gaz à effet de serre ne prend pas en compte les émissions de consommation, qui sont les biens  que nous importons et qui représentent 500 millions de tonnes par an.

Quelles sont les actions et les constats des acteurs face à ce changement climatique ?

Les assureurs s’inquiètent de la multiplication des phénomènes extrêmes. En effet, une assurance comme Generali service pourrait verser jusqu’à 48 milliards d’euros pour indemniser les coûts climatiques une fois tous les trois ans en prenant en compte l’augmentation de la température et notamment de la canicule. Si cela devient une certitude alors qu’il y a une part d’aléa dans l’assurance, il sera difficile d’indemniser intégralement. Pour parvenir à réduire ces coûts, il faut miser sur des politiques de prévention pour réduire les risques.

Quant aux entreprises comme Carrefour, le groupe mène de nombreuses actions. Il essaye notamment de valoriser les biodéchets dans les différentes enseignes du groupe. La poste, quant à elle, s’est équipée de 56000 utilitaires légers électriques car le transport est un émetteur très important. Ainsi, des petites actions permettent d’avancer à petit pas mais ne permettent cependant pas d’avoir une approche globale environnementale et sociétale.

Source :

-http://www.entrepreneursdavenir.com/pea/page/-/code/parlement.2015.presentation

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.