L’après Volkswagen : les ambitions européennes vis-à-vis des émissions du diesel sont revues à la baisse

Alors que l’affaire Volkswagen continue de marquer fortement les esprits, on aurait pu croire à un renforcement  de la législation européenne en ce qui concerne les émissions de gaz polluants des moteurs diesel. Il n’en est rien, on assiste au contraire à un affaiblissement des ambitions européennes sur le sujet.

http://www.freeimages.com/

http://www.freeimages.com/

 

Révision pragmatique du projet initial.

La récente décision (28 octobre 2015) du Comité technique européen en charge de la question des émissions de gaz polluants du diesel, a pu créer quelques surprises. En effet, alors qu’en septembre dernier le scandale qui a touché l’entreprise Volkswagen a démontré les limites du système actuel d’évaluation des émissions des moteurs diesel, le Comité technique a revu à la baisse les objectifs initiaux proposés par la Commission européenne. Celle-ci travaillait depuis 2011 à l’élaboration de nouvelles normes en ce qui concerne les émissions de gaz polluants liées au diesel et notamment l’oxyde d’azote (NOx). Ainsi, par rapport au seuil fixé à 80mg par kilomètre parcouru, elle préconisait à partir de 2017 et jusqu’en 2020, d’interdire les dépassements supérieurs à 60% de ce seuil (soit 128mg/km), et supérieurs à 20% (soit 96g/km) à partir de 2020. Or le Comité technique a finalement décidé de retenir des taux bien plus élevés : 110% (soit 168mg/km) entre 2017 (pour les nouveaux modèles) et 2019 (pour les nouvelles voitures), puis 50% (soit 120mg/km) à partir de 2020.

Le Comité a justifié l’adoption de « normes réalistes »  du fait des limites techniques d’amélioration des moteurs diesel.

 

Une avancée lente, mais bien réelle.

Toutefois la décision du Comité représente une avancée, certes modérée, mais bien réelle. En effet, si les taux de dépassement retenus à 110% et 50% représentent respectivement 2 fois et 1,5 fois le seuil de 80mg/km, il faut rappeler qu’aujourd’hui, on atteint parfois quatre fois ce seuil. Par ailleurs, à partir du premier janvier 2016, les moteurs diesel seront dorénavant obligatoirement soumis à deux types de tests : en laboratoire et en conditions réelles. Même s’il existe de forts écarts entre ces deux méthodes (jusqu’à 40% de différence), cela permettra enfin de mieux quantifier les performances des moteurs diesel.

Si la plupart des écologistes et des ONG environnementalistes dénoncent le manque d’ambition de Bruxelles, il faut y voir une première étape dans la transformation d’un secteur qui brasse tout de même 12 millions d’emplois et 780 milliards d’euros en Europe…

 

Sources :

http://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/021438512680-diesel-les-ambitions-des-normes-europeennes-revues-a-la-baisse-1170141.php

http://www.lepoint.fr/automobile/strategie/l-europe-assouplit-les-seuils-d-emission-du-diesel-28-10-2015-1977655_659.php

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.