Micro-lattice, métal le plus léger du monde

C’est par l’intermédiaire d’une vidéo promotionnelle postée par Boeing que nous en apprenons plus sur le micro-lattice, métal le plus léger du monde tout en faisant preuve d’une grande résistance.

©HRL Laboratories, LLC/Photo by Dan Little

©HRL Laboratories, LLC/Photo by Dan Little

Depuis qu’ils ont été découverts par l’être humain, les métaux font partie des éléments les plus précieux et les plus utiles. Nous n’avons eu de cesse de constamment trouver de nouveaux métaux plus efficaces dans la construction de grosses structures notamment, comme l’acier, plus léger et résistant que son ancêtre le fer.

C’est pourquoi Boeing a décidé d’investir dans la recherche de nouveaux métaux qui pourraient, à terme, suppléer ceux utilisés actuellement.

Micro-lattice, le nouveau-né.

Des scientifiques des Laboratoires HRL – joint-venture (société commune) de Boeing – ont inventé en 2011 le métal le plus léger du monde. Celui-ci est directement inspiré des os humains, composés d’une partie extérieure rigide et dense, entourant une structure interne poreuse et non compacte, ce qui explique leur grande résistance et légèreté.

En effet, le micro-lattice est composé d’une couche de nickel-phosphore déposée sur un réseau 3D en polymère à cellules non compactes, composée à 99,99% d’air (densité de 0,9 mg/cm3).

Une propriété remarquable qui assure au métal un énorme potentiel de compression, puisqu’il pourrait supporter une tension de plus de 50% pour ensuite retrouver sa forme initiale. Le matériau est donc capable d’absorber énormément d’énergie, de façon comparable aux élastomères.

Ainsi, selon le constructeur aéronautique, cet assemblage de tubes creux serait 1.000 fois plus fin qu’un cheveu, et 100 fois plus léger que du polystyrène, tout en étant très solide.

Des avantages économiques et environnementaux.

Si le micro-lattice apparaît comme une révolution dans la réussite du test de la chute de l’œuf, exercice par lequel chaque élève américain doit passer, il a aussi un énorme potentiel à plus grande échelle.

En effet, la firme de Seattle présente ce matériau comme le futur dans le domaine de l’aéronautique pour la fabrication de « composants de structure ». Le micro-lattice pourrait permettre d’alléger substantiellement les avions et ainsi de diminuer de façon radicale la consommation de carburant, une dépense importante actuellement inévitable pour les compagnies aériennes et les passagers. L’avion de demain pourrait donc être beaucoup moins polluant.

De plus, selon un laboratoire qui a collaboré avec Boeing, le micro-lattice permettrait à « la Nasa de réduire la masse de ses vaisseaux spatiaux de 40%, il est donc indispensable pour un voyage sur Mars et au-delà ». Quand on sait qu’un voyage sur Mars est envisagé pour l’horizon de la décennie 2030.

Sources :

Vidéo sous-titré en français : http://www.tuxboard.com/microlattice-boeing/

http://www.maxisciences.com/m%E9tal/des-ingenieurs-creent-le-metal-le-plus-leger-du-monde_art27558.html

http://www.maxisciences.com/micro-lattice/voici-le-micro-lattice-le-metal-le-plus-leger-au-monde_art36146.html

http://fossbytes.com/boeings-microlattice-worlds-lightest-metal-made-99-99-air/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.