Royaume-Uni : une autoroute capable de recharger les véhicules électriques.

L’agence gouvernementale britannique responsable du réseau autoroutier (Highways England) va tester un système de recharge par induction permettant de charger un véhicule électrique tout en conduisant.

Source: consoglobe.com

Les premiers essais seront effectués d’ici la fin d’année pour une période de dix-huit mois sur une piste dédiée où les conditions d’autoroute seront reproduites.

Un projet ambitieux.

Les véhicules électriques semblent destinés à être l’automobile du futur. Cependant, l’autonomie de ces derniers pose problème lors de leur utilisation hors des agglomérations. Le manque de bornes de rechargement, une autonomie limitée à 200 km selon les (meilleurs) modèles, et le temps de recharge (pouvant aller jusqu’à 6h), sont pour l’heure, les principaux freins au développement de ce type de véhicules dans les parcs automobiles européens. A titre d’exemple, les voitures électriques représentent actuellement moins de 1% du parc automobile français.


Pour pallier à ces obstacles, Highways England projette d’implanter sur les autoroutes du royaume des voies spéciales qui permettraient de recharger les batteries des véhicules par induction. Concrètement, le procédé en question doit s’appuyer sur des câbles électriques installés sous la chaussée. Ces derniers génèrent un champ électromagnétique capté par une bobine réceptrice, puis converti en électricité grâce à un dispositif spécifique intégré aux véhicules électriques.

Ce projet a convaincu Andrew Jones, le Ministre britannique des Transports et des Routes qui a déclaré être prêt à investir 500 millions de livres sterling (680 millions d’euros) sur cinq ans, à la condition que les tests se montrent concluants pour « maintenir la Grande-Bretagne en pointe sur cette technologie, ce qui nous aidera à développer de l’emploi et la croissance dans ce secteur ».

 

Des systèmes similaires en activité.

Le système tel qu’envisagé par Highways England est en effet inspiré de la Corée du Sud et plus particulièrement de la ville de Gumi, dans laquelle une route de 24 kilomètres bénéficie depuis 2013 d’une voie réservée à deux bus électriques alimentés par champ magnétique. Baptisés OLEV (OnLine Electric Vehicle), ces bus reçoivent de l’énergie qu’ils captent de la route, et stockent dans une batterie cinq fois plus petite que les batteries électriques traditionnelles. Cette technologie qui permet aux bus de bénéficier d’un courant de 100 kW à des points de charge rapprochés leur assure surtout de réaliser leurs tournées sans avoir besoin de s’arrêter, et même de ne pas avoir à se brancher à des bornes de recharge la nuit.

 

Une solution viable ?

Si l’on considère que les ventes de véhicules électriques restent infimes au Royaume-Uni pour l’heure, une technologie de recharge par induction qui n’équipe pas les modèles actuels, et certains véhicules disposant d’une autonomie améliorée (le modèle S de Tesla annonce 500km), l’utilité de telles voies d’autoroute pourrait bien être remise en question. D’autant plus, que le coût des travaux pour ces lignes spécifiques est estimé à 500 000£ du kilomètre…

 

Sources :

http://www.industrie-techno.com/
http://www.20minutes.fr/high-tech/
http://www.huffingtonpost.fr/
http://www.lefigaro.fr/societes/
http://www.lemoniteur.fr/
http://www.highways.gov.uk/highways-england/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *