La Suède : un modèle de transition écologique

La Suède a décidé après le choc pétrolier de 1973 de se lancer dans la construction d’une stratégie climatique, économique et industrielle basé sur la lutte intensive contre les émissions de gaz à effet de serre et la recherche de son indépendance énergétique. Pour se faire le pays a adopté une approche résolument “bas carbone”, autour de plusieurs grands axes :

sweden-82429_640Photo: pixabay.com

Tout d’abord, disposer d’un parc de production électrique émettant le moins de gaz nuisible à l’environnement possible ce qui s’est fait autour du binôme hydraulique/nucléaire (85%), complété par des ENR (11%) et un peu d’énergies fossiles de réserve.

La mise en place d’une taxe carbone aux alentours de 120€ (bien loin des 5 ou 6 euros de l’actuel système européen ETS) qui a incité industriels et gestionnaires de bâtiments à décarboner leurs installations.

Le gouvernement suédois s’est engagé dans une politique massive de transferts d’usages fondée sur une substitution croissante du pétrole par l’électricité et les ENR non-électriques (telles que la biomasse…). Son objectif ultime consistant maintenant à supprimer la totalité de la consommation des produits pétroliers dans les transports à l’horizon 2030 (soit les ¾ de la consommation de pétrole du pays), grâce aux biocarburants, aux biogaz et à l’électricité.

Enfin, les habitants sont incités à réduire leurs quantités de déchets, et en faisant du recyclage et la réutilisation au maximum de ceux qui subsistent. Cette situation a eu comme effet un pourcentage de valorisation des déchets qui atteint pratiquement la perfection, seul 1 % des ordures ménagères suédoises finit dans les décharges contre une moyenne de 38 % dans les pays européens.
En Suède, 36 % des déchets sont recyclés, 14 % compostés et surtout 49 % sont incinérés pour la production d’énergie,
Le pays a fait le choix d’usines d’incinérations appelées “centre de valorisation énergétique” qui permettent la combustion des ordures et génèrent aujourd’hui une énergie suffisante pour assurer 20 % du chauffage urbain du pays et un approvisionnement en électricité pour 250 000 foyers, sur les 4,6 millions de ménages suédois.
Toute fois en raison du taux de recyclage très élevé, les déchets produits dans le pays ne permettent pas de faire fonctionner à plein régime les incinérateurs d’une capacité de traitement annuelle d’environ 2 millions de tonnes de détritus.

Pour remédier à ce problème le pays a su développer un business model rentable lui permettant d’importer contre rémunération chaque année près de 800 000 tonnes de déchets du Royaume-Uni, d’Italie, de Norvège et d’Irlande. Après l’incinération les cendres contenant les dioxines et métaux lourds dangereux pour l’environnement sont réexpédiés vers le pays d’origine
La suède apparait ainsi comme l’un des rares pays à avoir su trouver un bon équilibre entre la croissance économique et la satisfaction de ses besoins en énergie durable.

Pour en savoir plus:

http://www.ecoco2.com/blog/incineration-de-dechets

http://www.consoglobe.com/suede-manque-dechets-cg

http://energie.lexpansion.com/climat/transition-energetique-le-retour-du-modele-suedois_a-35-7997.html

http://www.taurillon.org/la-suede-exemple-pour-une-transition-energetique-europeenne

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_Su%C3%A8de

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
630