Quatre ans après Fukushima, le nucléaire fait son retour au Japon

Mardi 11 août, la compagnie japonaise Kyushu Electric Power a relancé l’un des réacteurs nucléaires de la centrale de Sendai, située au sud-ouest de Tokyo et dont elle a la responsabilité de l’exploitation. 200 personnes ont manifesté sur place à l’annonce de cette décision.

La centrale nucléaire de Tomari au Japon

La centrale nucléaire de Tomari au Japon

Source : commons.wikimedia.org

Le réacteur a commencé à produire de l’électricité le 14 août. L’opérateur d’électricité souhaitait « faire monter progressivement la puissance pour atteindre une exploitation normale à compter de début septembre ».

Depuis septembre 2013, toutes les centrales étaient à l’arrêt, le temps de mettre en place de nouvelles normes de sécurité, plus sévères. Cette mesure s’inscrit dans la volonté du gouvernement de relancer son économie, fragilisée depuis 2011 par d’importants déficits commerciaux, dus notamment à la flambée des prix des hydrocarbures destinés à alimenter les centrales thermiques. Autre conséquence de l’arrêt du nucléaire, le coût de l’électricité a fortement augmenté (plus 25% pour les particuliers et plus 38% pour les entreprises, selon les chiffres du gouvernement) et l’usage de centrales au gaz, au pétrole ou au charbon s’est développé, ce qui a un impact négatif sur la réduction des gaz à effet de serre. Pour rappel, un quart de l’électricité produite par le Japon était d’origine nucléaire avant 2011.

Retour à l’atome

Le Japon compte aujourd’hui 48 réacteurs nucléaires civils dont 30 répondant aux nouvelles normes et susceptibles d’être redémarrés. Trois autres réacteurs sont actuellement en phase de redémarrage et cinq au moins doivent être démantelés.

Cette mesure a suscité de nombreuses protestations à travers le pays, les japonais estimant notamment que les mesures de sécurité ne sont pas suffisantes. Selon une étude menée par le quotidien Mainichi Shimbun auprès de 1000 personnes, 57% se déclarent contre la relance de Sendai et 30% la soutiennent.

Cette décision n’est cependant pas une surprise. Suite à son élection en tant que Premier Ministre en 2012, Shinzo Abe avait fait part de sa volonté de redémarrer les réacteurs, après les avoir mis en conformité avec la nouvelle réglementation. Le Gouvernement a ainsi pour objectif d’atteindre 20 à 22% d’électricité d’origine nucléaire d’ici 2030.

Le 11 mars 2011, la centrale nucléaire de Fukushima connaissait un accident industriel sans précédent à la suite d’un séisme et du tsunami qui a suivi. L’accident a été classé au niveau 7 (le plus élevé) sur l’échelle internationale des événements nucléaires, ce qui le place au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl en 1986, compte-tenu du volume importants des rejets.

 

Sources :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/10/malgre-l-hostilite-de-l-opinion-japonaise-la-relance-du-nucleaire-est-acquise_4590667_3244.html

http://www.lemonde.fr/energies/article/2015/08/11/le-japon-relance-le-nucleaire-malgre-l-hostilite-de-sa-population_4720135_1653054.html

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/apres-fukushima-le-japon-relance-un-premier-reacteur-nucleaire_1705822.html

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021253712742-nucleaire-le-japon-redemarre-son-premier-reacteur-1143531.php

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *