Les mini-maisons : petites, mais puissantes

Vivre comme dans une maison de poupée n’a jamais été aussi attrayant. Les mini-maisons, en anglais Tiny-Houses, offrent une possibilité de vivre écologiquement, économiquement et confortablement sur très peu d’espace et avec beaucoup de charme.

http://tinyhousegiantjourney.com/

Credits: http://tinyhousegiantjourney.com/

Moins c’est plus !

Les mini-maisons peuvent faire peur aux claustrophobes mais elles font surtout rêver ceux dont l’esprit est libre et qui cherchent le bonheur dans la simplicité et la liberté.
Nées aux États-Unis de la volonté de se concentrer sur l’essentiel au lieu de vivre dans une maison de taille moyenne de 270m², les Tiny Houses ont gagné de plus en plus de popularité aux États-Unis, mais également en Europe.
Elles sont faciles à déplacer et susceptibles d’offrir tout ce dont on a besoin pour vivre sur maximum 50m².
Le mouvement Tiny House dont on parle aujourd’hui aux États-Unis, s’intègre dans l’esprit du « downsizing » qui signifie la réduction des variables techniques comme le poids, pour réduire la consommation d’énergie tout en conservant des performances similaires.
En réduisant la taille de la maison, les coûts de construction et les charges diminuent en conséquence, alors que le confort d’une maison conventionnelle reste. En autoconstruction une mini-maison coûte environ 15.000€ et est montable en trois mois.
La mini-maison pour un meilleur climat

Le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France parmi l’ensemble des secteurs économiques. Il consomme actuellement environ 68 millions de tonnes d’équivalent pétrole, soit 42,5% de l’énergie finale totale. C’est la raison pour laquelle le sujet de l’efficacité énergétique joue un rôle important dans la politique environnementale et énergétique de la France, ainsi que de l’Union européenne.
Depuis 2012, toute maison neuve doit respecter les normes d’un « bâtiment à basse consommation » et la norme « bâtiments à énergie positive » sera le standard dans la construction des bâtiments à l’horizon 2020.

Avec sa petite taille la mini-maison n’a qu’une petite empreinte écologique et contribue désormais à l’objectif de réduction des gaz à effet de serre (GES) dans le secteur du bâtiment. Une énergie grise faible et la faible consommation d’énergie garantissent un bon équilibre de CO2. Beaucoup de mini-maisons sont conçues de façon à permettre une vie autonome avec des panneaux solaires, un système de collecte des eaux de pluie et des toilettes d’humus. Des matériaux naturels tels que le bois, la paille, le liège ou l’argile sont utilisés pour la construction de murs et l’isolation.

Par ailleurs, le fait d’habiter sur peu de m² change également le comportement des habitants. Peu de place pour vivre signifie également peu de place pour tous les gadgets inutiles qui généralement servent juste de collecteur de poussière.

 

Les mini-maisons en France

L’art de vivre dans une petite maison inspire désormais de plus en plus les Français. Différents blogs comme Tiny Project expliquent comment construire sa propre mini-maison et fournissent même des plans de construction. Le site tinyhousebuild.com donne des conseils sur comment élever ses enfants dans une très petite maison et sur mapetitemaison.com on peut commander sa mini-maison, livrable sur place.
Une page Facebook donne des idées sur les possibilités de construire et aménager sa maison. La créativité et le style ne connaissent pas de limites, même sur seulement 20m².

Bien qu’il s’agisse d’une maison de petite taille il faut toutefois respecter les règles du code de la construction et de l’habitation.
La loi française prévoit par exemple qu’une déclaration préalable est exigée si les travaux créent entre 5 m² et 20 m² de surface de plancher ou d’emprise au sol. Ce seuil de 20 m² peut être porté à 40 m² pour les travaux concernant une construction existante.
Un permis de construire est nécessaire pour toute construction nouvelle indépendante de tout bâtiment existant non soumise aux règles de la déclaration préalable de travaux.

Sous certaines conditions et seulement si la maison et mobile, c’est à dire si elle est construite sur une remorque, elle sera considérée comme étant une résidence mobile terrestre affectée à l’habitation et soumise à la réglementation des caravanes en France.

Imaginez une vie sans dettes et hypothèques avec des charges minimes, un jardin énorme, un esprit libre de toute chose inutile, la possibilité de prendre sa maison et de changer complètement d’endroit…aaah…que bueno !

 

Sources:

http://www.france24.com/fr/20130907-2013-09-07-0721-arts-vivre

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-Batiment-du-Grenelle.html

http://tiny-houses.de/

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F17578.xhtml

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1986.xhtml

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Artur BILICI dit :

    Très “BUENO” Tatjana, j’en veux une dèja!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.