L’investissement socialement responsable, une nouvelle manière d’investir.

Depuis le début des années 2000 l’investissement responsable a considérablement évolué, afin de continuer sa progression il a besoin d’être connu de manière significative auprès du grand public.

475136_1

Dans une économie où les préoccupations environnementales sont de plus en plus présentes dans les mœurs de notre société, le recours à l’investissement socialement responsable semble être une alternative judicieuse pour se prévaloir de la crise écologique.

A l’image du fonds norvégien (plus grand fonds souverain au monde) qui vient d’annoncer le 5 février son désengagement envers 22 entreprises dans les secteurs du charbon, des sables bitumineux et du ciment accentuant sa politique d’investissement responsable et en estimant que le modèle économique de ces entreprises n’est plus soutenable à moyen et long terme1, les sociétés de gestions financières sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers l’investissement socialement responsable.

Le rapport du Global Sustainable Investment Alliance (GSIA) vient de mettre en évidence le bon développement de l’ISR dans le monde avec comme chefs de file les Etats-Unis, le Canada et l’Europe.

L’ISR permet donc à l’épargnant d’investir dans des entreprises qui ont des pratiques plus responsables et des modèles économiques plus résistants face aux écologiques. Cependant, il reste encore méconnu pour le grand public malgré le fait que celui-ci peut s’avérer lucratif.

Un futur label ISR public.

Dans le domaine de l’ISR, le label de Novethic fait office de référence sur le marché européen avec 118 labellisations en 2014.

Néanmoins, une enquête de Paris Europlace montre qu’une grande partie des acteurs seraient favorable à un label unique pour encourager le développement de l’ISR auprès du grand public2.

A ce titre, le gouvernement français souhaite créer un label ISR dont les lignes directrices ont été présentées le 23 janvier 2015. Il a pour but principal d’informer et de diffuser l’ISR, les produits financiers labellisés prendront en compte des composantes environnementales et sociales.

La COP 21 à Paris arrivant à grand pas, la position de la France en matière d’investissement responsable et sa volonté d’aller de l’avant ne peut être que saluée. En revanche, il est primordial de ne pas se précipiter afin de ne pas créer un label dépourvu d’effet. Effectivement, la majorité des acteurs s’accordent à dire que le calendrier présenté par le gouvernement français est ambitieux3.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.