Le prix de l’énergie

L’énergie est à la fois  fondement et condition nécessaire pour presque toutes les activités économiques. Aujourd’hui, on se déplace en voiture sans réfléchir au prix du déplacement. On allume une lampe sans réfléchir au coût induit par cette action. Mais quel est le vrai prix de cette énergie que l’on consomme quotidiennement ?

DMC0156Ces derniers jours, on a appris que le prix du baril de pétrole commercialisé sur le marché international est en train de baisser. Actuellement,  le prix du baril de Brent est de 79,32 dollars1. Cela veut dire que l’on paie moins de 50 cents le litre de pétrole sur le marché international. Si l’on compare ce prix avec le prix d’un litre de Coca Cola (1,01 euros2 c’est-à-dire $1,27 American dollars) on peut se rendre compte de la valorisation de l’énergie que l’on produit.

De même, le prix du kWh de gaz est de 0,0798 euros (en plus de l’abonnement annuel qui est de 90,18 euros3).  Le prix du kWh d’électricité, en France est de 0,1412 euros  ce qui est inférieur au prix moyen en vigueur dans l’Union Européenne de 0,1864 euros. Cette tarification est moins chère que celle d’autres pays européens grâce à la combinaison de production énergétique d’origine nucléaire et hydraulique4.

Le problème est qu’à ce prix là, les usagers n’ont  pas conscience du coût réel de l’énergie, car il existe sur le marché de nombreux biens de consommation beaucoup plus chers que le pétrole. On consomme donc de l’énergie sans réfléchir à la pollution et à l’impact environnemental  découlant des processus de production quels qu’ils en soient; cela revient  à dire que les externalités ne sont pas internalissées.

Dans le cas particulier du pétrole, la baisse du prix est susceptible déclencher une nouvelle crise économique. Selon le magazine Forbes, l’impact du prix du pétrole pourrait entrainer l’arrêt du “fracking boom”5 car les entreprises impliquées dans cette activité ont un haut niveau d’endettement et seront les plus touchées.

DMC0023

Ce prix aurait aussi un impact dans les pays en voie du développement, selon qu’ils sont ou non producteurs de pétrole. Les BRICs6 subiront des fortes répercussions négatives dans un futur proche, malgré le fait que les pays producteurs d’énergie disposent d’un accès privilégié  à la ressource et pourront ainsi plus facilement soutenir leur activité industrielle.

Sources:

1 Prix du baril du Brent à 18h11 du 19/11/2014 source http://www.daily-bourse.fr/cours-petrole.php

2 Prix de la bouteille de 1,5 L de coca cola standard 1,52 euros http://www.ooshop.com/courses-en-ligne/ContentNavigation.aspx?NOEUD_IDFO=9731

3 Simulation faite à Rennes pour un appartement de 40m2. http://www.gdfsuez-dolcevita.fr/contrat-gaz-naturel.html

4 http://presentation.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/Mediatheque/europe/EDF2013_PrixElec_ComparateurPays_vf.pdf

5 http://www.forbes.com/sites/christopherhelman/2014/11/05/as-oil-plunges-further-why-it-might-be-game-over-for-the-fracking-boom/?linkId=10563560&utm_channel=Business The IEA said while there had been speculation that the high cost of shale extraction “might set a new equilibrium for Brent prices in the $80 to $90 range, supply/demand balances suggest that the price rout has yet to run its course.” http://www.businessinsider.com/afp-oil-price-rout-not-over-iea-2014-11

6 Brésil, Russia, India et Chine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.