Fermeture de la centrale de Fessenheim : quel avenir pour la production d’énergie en Alsace ?

La production d’électricité dans la Région Alsace est excédentaire autrement dit, la région produit de l’électricité plus qu’elle n’en consomme. Cette situation constitue justement une fierté pour EDF, le géant producteur d’électricité, lequel gère la majeure partie des installations électriques alsaciennes. En particulier, RTE qui gère les réseaux de transport sur le réseau électrique, s’est longtemps vanté de cette situation, laquelle est régulièrement citée en exemple en France.

Centrale nucléaire de Fessenheim

Mais voilà. Ce qui ne se crie pas sur les toits, c’est que cette électricité provient majoritairement du nucléaire et notamment de la principale centrale en fonction, dans la région, à savoir celle de Fessenheim. La centrale de Fessenheim constitue justement la plus ancienne centrale en service en France. Malgré cet aspect, il n’empêche que sa production permet de couvrir environs 50,3 % de la consommation électrique en Alsace. De quoi faire réfléchir les autorités qui ont décidé de la fermeture de cette centrale d’ici à 2016. C’est évidemment un grand chantier qui est amorcé avec en maître d’œuvre RTE qui doit gérer tout le processus et notamment la question de l’après Fessenheim dans la production électrique de la Région. Pour autant, si ce chantier s’annonce difficile, il n’est pour autant pas impossible. Il y a en effet, beaucoup à attendre d’une transition énergétique qui serait de toute façon inéluctable dans la région. A terme, la centrale de Fessenheim allait tôt ou tard fermer ses portes. Alors, pour une fois, mieux vaut tôt que plus tard ou jamais !!

Quel avenir ?

Comment RTE envisage t-il l’après Fessenheim ? La filiale d’EDF a décidé de mettre en œuvre les gros moyens. Il est question d’injecter à peu près 60 millions d’€ pour permettre de remédier à la fermeture de la centrale. L’objectif c’est surtout d’assurer une continuité de sorte à éviter tous les désagréments qui peuvent résulter de l’arrêt du fonctionnement des réacteurs nucléaires en question. Concrètement pour RTE, il s’agira de procéder à l’installation de plusieurs postes de haute tension, en vue de pallier l’arrêt des réacteurs concernés. Ainsi, des condensateurs seront installés dans trois postes de 225 000 volts (Marlenheim, Graffenstaden et Batzendorf. Dans le Bas-Rhin, un poste de 400 000 volts déjà existent, sera renforcé et il est prévu de mettre en place 2 transformeurs-déphaseurs au poste de Mulbach (Haut-Rhin).
En somme, la production d’électricité en Alsace est essentiellement basée sur le nucléaire, l’hydraulique et ensuite viennent en complément toutes les autres sources renouvelables (biomasse, photovoltaïques, géothermie). L’hydroélectricité constitue une source majeure d’énergie en Alsace. Cette importance vient de la proximité de la Région avec un cours d’eau majeur à savoir le Rhin. Ce dernier constitue un potentiel majeur d’énergie électrique et la plupart des barrages hydroélectriques sont actuellement exploités par EDF. Vu ce constat, RTE (filiale d’EDF) va sans doute insister dans sa stratégie de transition sur ce potentiel non négligeable.

Les autres ENR sont aussi en plein essor et la politique volontariste du gouvernement est tournée vers la promotion de ces sources d’énergie. Il s’agira alors d’ouvrir des perspectives plus grandes dans l’exploitation de ces ressources.
Tout un défi pour RTE quand on sait que l’essentiel de son activité est orienté vers le nucléaire…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.