La première commune française entièrement alimentée grâce à la valorisation du biogaz

 

C’est une première en France. Le 10 juin dernier, la commune du Plessis-Gassot, située dans le Val-d’Oise (95) en Île-de-France a inauguré une centrale de production d’électricité à partir de biogaz issus de déchets non recyclables et devient ainsi la première commune française entièrement alimentée grâce à la valorisation du biogaz. En effet, c’est grâce à sa centrale de méthanisation que cette petite commune sera bientôt alimentée en électricité.

 

centrale biogaz Electr'od

 

La méthanisation est un procédé anaérobie (sans oxygène) et à l’abri de la lumière qui permet de produire des énergies renouvelables – électricité, chaleur, bio-méthane – à partir de matières organiques fermentescibles, grâce à l’action combinée de micro-organismes en milieu tiède ou chaud (35-42°C).

La dégradation par fermentation aboutit à la production de biogaz, principalement constitué de méthane (CH4), de dioxyde de carbone (CO2) et d’un digestat.

Le biogaz peut être utilisé soit en l’état, soit sous forme de chaleur (chauffage d’habitations, bâtiments agricoles, surfaces industrielles, séchoir à foin…) ou pour la production d’électricité grâce à un cogénérateur.

Selon l’ADEME, en récupérant le biogaz des déchets organiques, la méthanisation réduit directement l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, tout en produisant une énergie renouvelable utilisable pour générer de la chaleur et/ou de l’électricité. C’est une solution pour le recyclage et la valorisation des déchets organiques des exploitations agricoles, des structures équestres, mais également des collectivités ou de l’industrie agroalimentaire.

La centrale qui va alimenter la commune est installée pas loin d’un site de stockage des déchets, c’est ainsi que du méthane sera extrait de la fermentation de ces ordures et entrera dans la composition de biogaz qui sera par la suite converti en électricité.

Cette initiative de la commune du Plessis-Gassot s’inscrit dans le projet de loi sur la transition énergétique annoncé par Ségolène Royale, ministre de l’Environneent, et qui prévoit de faire passer le nombre d’unités françaises de méthanisation de 250 à 1 500 d’ici à 2020.

La centrale Electr’od prévoit une capacité de 130 000 MWh par an, équivalente à la production de 40 éoliennes permettant d’alimenter plus de 41 000 foyers. Pour les habitants de la commune c’est une avancée majeure. En effet grâce à la centrale la commune va se convertir à 100% aux énergies renouvelables et réduire significativement l’impact environnemental des déchet

Cette petite commune avec seulement 69 habitants va voir diminuer sa facture de chauffage électrique de 92%. En effet, vue la capacité, la centrale va produire plus d’électricité que nécessaire a l’échelle locale, de ce fait le surplus d’énergie générée à partir des déchets sera revendu à Electricité réseau distribution France (ERDF) afin d’alimenter le réseau national.

En plus des avantages écologiques, les habitants de la commune vont bénéficier de factures allégées et ainsi faire des économies d’argent.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.