les “Jeux de Poutine”, sur fond de corruption et de mégalomanie

thumbnail_-_arte_future_-_sotchi_geldverschwendung L’organisation des Jeux Olympiques de Sotchi dévoile un projet titanesque guidé par des intérêts    opaques, depuis la sélection du site jusqu’à des travaux aussi destructeurs que dispendieux. Selon un  rapport du Parlement russe, plus de 36 milliards de dollars auraient été dépensés, un montant qui  avoisine les  40 milliards des JO d’été à Pékin en 2008, sur un budget de 50 milliards revu à la hausse  par Vladimir Poutine, qui bat ainsi un record olympique avant même le début des Jeux.

 

Sans nul doute ce sont les Jeux les plus onéreux de tous les temps, les premiers organisés en hiver dans une ville au climat subtropical et ils seront assortis de mesures de sécurité les plus drastiques de l’histoire des Jeux Olympiques. Les préparatifs des jeux d’hiver de Sotchi ont duré de nombreuses années mais jamais l’enjeu n’aura été le sport proprement dit.

D’après les estimations d’un rapport du Parlement russe, les travaux de préparation des JO de Sotchi auraient d’ores et déjà coûté 36 milliards de dollars, pour un budget prévu et annoncé par Vladimir Poutine de 11 milliards de dollars en 2007. Il les estime désormais à 50 milliards. Ces Jeux Olympiques sont ainsi en passe de devenir les plus chers de tous les temps. A titre de comparaison les JO d’hiver de Vancouver en 2010 avaient coûté 1,5 milliard de dollars. Comment expliquer une dépense si exorbitante à Sotchi?

infrastructures_sotchi

Les aménagements titanesques réalisés pour les JO d’hiver à Sotchi

 

Ce qui frappe tout d’abord c’est incontestablement le choix du lieu de déroulement des JO d’hiver. En effet, le choix de Sotchi avec ses températures subtropicales semble aberrant pour des Jeux Olympiques d’hiver. Sotchi est la région la plus chaude de Russie et les températures ne sont jamais négatives.

 

wetter_in_sotschi_fr

 

La région ne disposait pas d’infrastructures liées aux sports d’hiver  avant les années 1990, date de la construction de la petite station de Krasnaya Poliana, à 40 kms au nord de Sotchi, dans les montagnes du Caucase du Nord. En principe l’enneigement est assuré même si la région n’a pas connu de gelée en février depuis plusieurs années. Aussi organiser des jeux d’hiver dans une telle région nécessite un aménagement complexe et coûteux.

Plusieurs ONG ont sonné l’alarme auprès du CIO sur les pratiques d’expropriation, de corruption et de collusion des autorités russes. Tout d’abord les nombreux dégâts écologiques générés par la construction des infrastructures sportives et des transports. La dévastation de certains écosystèmes protégés protégés du Caucase du Nord n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Puis les groupes de défense des droits de l’homme, en tête de liste Human Rights Watch s’indignaient devant le traitement des travailleurs par les entreprises. Les pratiques de dézonage, d’expropriation sans indemnisation et de violation des règles du travail pour une partie des 60 000 travailleurs du chantier olympique avaient amené le groupe HRW à manifester contre ce qu’il qualifiait “d’exploitation humaine”. Chantage, rémunération incertaine, journées de travail surchargées, demandes abusives et souvent illégales, soumission des travailleurs étrangers sont l’apanage d’un projet qui relève plus du symbolisme politique que de l’événement sportif, et qui, outre l’affirmation de la puissance russe,  vise aussi à montrer sa mainmise sur le Caucase.

On peut citer le cas d’Akhmed Bilalov, riche entrepreneur local, vice-président du Comité Olympique Russe qui était entre autres responsable de la construction du tremplin olympique de saut à skis. En raison de difficultés techniques, les retards et les surcoûts se sont accumulés. Démis de ses fonctions et menacé d’un procès, l’homme a préféré fuir à l’étranger où il se soigne dans une clinique allemande où il prétend avoir été empoisonné au mercure.

Les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi se sont transformés en une vaste arnaque” écrit Boris Nemtsov dans un rapport co-écrit avec Leonid Martynuyk, membre du mouvement d’opposition Solidarity.  Les deux auteurs estiment qu’entre 25 et 30 milliards d’euros sur les 50 prévus pour les JO se sont volatilisés. “Les jeux olympiques sont un projet personnel pour Poutine, et il est clair que ceux qui ont volé l’argent sont ceux qui sont proche de ce même Poutine” écrivent les deux hommes dans leur rapport.

Ils précisent que l’attribution de la construction de la plupart des installations sportives s’est faite sans appel d’offres. Ancien vice-premier ministre de Boris Eltsine, Boris Nemtsov a publié des rapports précédents visant à dénoncer la corruption et les dépenses considérables de Poutine. La moitié des sommes perdues aurait disparu dans des fonds associés à la présidence et à ses intérêts privés, notamment GazProm et Transstroï.

Simone Baumann, l’une des productrices du documentaire “Les Jeux de Poutine” diffusé le 6 décembre 2013 au festival international de cinéma documentaire de création “Artdocfest” à Moscou, raconte comment l’administration a offert de généreux pots-de-vin à divers investisseurs à des fins électoralistes et autres. “L’administration a fait monter les enchères au fur-et-à mesure, les pots-de-vin passant de 15% à 50% du coûts des chantiers! Le gouverneur, les autorités locales, les corps fédéraux, tous voulaient prendre leur part du gâteau“. Signe de la tension palpable autour de ce documentaire dérangeant pour les autorités russes, Simone Baumann reçoit une étrange proposition d’inconnus: la remise d’une somme correspondant à deux fois le budget du film, soit 600 000 euros, pour le retirer de la programmation prévue au Festival International du film documentaire d’Amsterdam le 24 novembre 2013.

A suivre sur Arte la diffusion du documentaire “Les Jeux de Poutine”, le mardi 28 janvier 2014 à 20h50.

 

Sources:

http://www.novethic.fr/novethic/rse_responsabilite_sociale_des_entreprises,pratiques_commerciales,corruption,sotchi_2014_jeux_poutine_sont_aussi_ceux_corruption,141896.jsp?ref=rss

http://www.jolpress.com/jo-sotchi-jeux-olympiques-infrastructures-russie-corruption-vladimir-poutine-article-824125.html

http://www.lemonde.fr/jeux-olympiques/article/2013/05/31/les-jo-de-sotchi-entaches-par-la-corruption_3421471_1616891.html

http://quebec.huffingtonpost.ca/yanick-barrette/sotchi-2014-entre-intolerance-censure-et-corruption_b_4257151.html

http://www.capital.fr/enquetes/revelations/sotchi-2014-les-jeux-olympiques-les-plus-delirants-du-monde-881845http://future.arte.tv/fr/sotchi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
676