Earthship : la révolution des habitations écologiques 100% autonomes en énergie

A l’ère d’une mondialisation croissante où tout est interconnecté, dématérialisé et surtout, dépendant de tout, peut-on encore se prétendre utopistes et croire en la construction idéale d’une société non dépendante énergétiquement et où les hommes seraient capables d’associer le confort et la modernité à la symbiose parfaite avec une nature complètement préservée ?

earthship-sustainable-housing-6

C’est la question que l’architecte Michael Reynolds a essayé de résoudre grâce aux « earthship ». Le concept futuriste traduit en français par « vaisseau terrestre» est né durant la vague hippie des années 70. A l’époque, Mike Reynolds décide de créer une communauté expérimentale située au Nouveau-Mexique à Taos (Etats Unis) afin d’y faire édifier les premières habitations énergétiquement autonomes construites en partie à base de matériaux recyclés (la structure principale étant réalisée avec des pneus) et en respect total avec la nature.

Aujourd’hui  « earthship » est devenu un projet consolidé et permet à toute personne ayant l’énergie et la motivation suffisantes de construire sa propre maison afin de vivre en autonomie totale.

Le site web dédié au projet apporte toutes les explications nécessaires de la conception à la réalisation et propose par ailleurs des stages et séminaires permettant aux plus intéressés de se rendre sur place pour apprendre les techniques et aider à la construction de nouvelles structures. Les plans architecturaux sont de ce fait en vente en ligne. Les plans des habitations les plus élaborées et spacieuses pouvant atteindre la somme de 10.000 dollars. Quant au prix final d’une telle construction, selon le site, il représenterait  en moyenne 60.000 dollars.

Designs

Plusieurs designs sont proposés. On peut ainsi découvrir le « glogal model » qui est le plus universel et adaptable à tous types de climats ainsi qu’ajustable en terme de superficie. Le « simple survival » quant à lui se destine à la simplicité. Ce modèle de taille plus modeste a été construit pour la première fois à Haïti. Parce qu’il est beaucoup plus économique et rapide à construire, il pourrait représenter idéalement la  satisfaction de besoins primaires pour des populations et des villages qui, ravagés par les catastrophes climatiques et survivant avec le stricte minimum se trouvent dans l’urgence et le besoin. La conclusion tirée de cette expérience à Haïti par les concepteurs est claire : « qu’il y ait ou non un désastre, nous avons tous besoin d’éléments vitaux pour une vie  décente : un abri, de l’eau, des sanitaires, de l’énergie, de la nourriture et des moyens de recyclage de nos déchets ».

Fonctionnement

Eau : la pluie ou la neige fondue sont récoltées à l’aide d’un système de captation sur le toit de l’habitation. Cette eau sera par la suite stockée dans des citernes. L’eau dans les earthship possède un complexe cycle de vie puisqu’elle est réutilisée jusqu’à quatre fois. Ainsi, une fois stockée et dépurée , une partie est utilisée pour les sanitaires, l’autre pour les usages communs. Les eaux usées sont filtrées naturellement dans une station d’épuration naturelle située sous terre et seront réutilisées pour l’arrosage des plantes de la serre.

Electricité : elle est produite exclusivement grâce à de l’énergie éolienne et photovoltaïque. Grâce à l’aide d’une batterie et d’un panneau électrique installé dans l’habitation l’électricité est utilisable pour tous types d’électroménagers.

Confort : en ce qui concerne la température intérieure de la maison, les earthsip sont conçus  de sorte à ce qu’aucun chauffage ne soit utilisé. De par sa configuration (orientation, isolation, matériaux..) les concepteurs ont été capables de trouver le moyen de bénéficier d’une température constante à l’intérieur du logement en présence de climats chauds ou froids.

Nourriture : une maison énergétiquement autonome et écologique se doit d’être capable de produire  sa propre nourriture organique. Les earthship sont conçus pour y inclure des serres internes et des potagers externes qui sont alimentés par les eaux filtrées provenant d’une première utilisation domestique. Dépendant encore une fois de la zone géographique, le propriétaire y cultivera les plantes les plus propices.

Projets

Le potentiel de ces habitations permettant une vie en quasi autarcie est réel et souhaitable, notamment pour les populations les plus défavorisées. Ce sont les propres concepteurs qui en ont mesuré toute son ampleur et n’ont pas hésité à prendre les choses en main en proposer des alternatives. C’est en Afrique, Guatemala, Haïti, Inde, Afrique et Jamaïque qu’ils ont commencé à implanter grâce à diverses aides, donations et volontariats les possibles habitations du futur.

Earthship-Sierra-Leone-1_zps7c21bf57 entry

Source: earthship.com

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.