Les vagues, un potentiel énergétique inexploité

L’énergie des vagues, encore appelée énergie houlomotrice, est une énergie produite à partir de la captation de l’énergie des vagues. Cette énergie captée à travers un système spécifique est transformée en électricité pour ensuite être distribuée au sein des ménages. Selon différentes études, l’énergie des vagues représenterait entre 2000 et 8000 TW d’électricité par an dans le monde, ce qui constitue un potentiel énorme.

Ce qu’il faut savoir concernant l’exploitation de cette énergie, c’est qu’elle est surtout liée à la puissance des vagues. Autrement dit, le potentiel énergétique des vagues peut être exploité dans tous les pays à façade marine mais le résultat ne serait pas le même. Les pays ayant un potentiel houlomoteur puissant seront ainsi ceux dont les vagues ont un effet puissant. C’est ainsi que sans surprise, les plus gros potentiels sont répertoriés dans le Pacifique, au large de l’Australie Méridionale et de la Nouvelle Zélande, au large des côtes d’Hawaï, au niveau de la côte atlantique de l’Argentine et au large des côtes écossaises.

En France où des études sont en cours sur les technologies à mettre en œuvre, l’énergie houlomotrice, si elle était exploitée à son potentiel maximale, peut constituer environ 40 TW d’électricité soit environs 8% de la production nationale d’électricité.

D’autres pays auront saisi très tôt l’importance d’une telle source d’énergie pour la production nationale. Des exemples en la matière sont le Royaume Uni et le Portugal.

Au Royaume Uni où le pays dispose pour l’essentiel de côtes abruptes, les vagues sont perçues comme un investissement d’avenir. En effet, la façade maritime nord du pays est confrontée à de puissantes vagues, ce qui rend de ce fait le pays très confiant en matière de potentiel énergétique houlomoteur. D’ailleurs, l’Écosse, l’un des pionniers de l’exploitation de cette énergie, a mis en place un système d’exploitation pionnier : le système Pelamis. Ce système existe aussi au Portugal et est considéré en l’état actuel comme la référence technologique en matière d’exploitation d’énergie houlomotrice. Ce système n’est pas le seul car on peut dénombrer en tout 6 grands systèmes qui n’ont ni  les mêmes coûts ni les mêmes résultats.

En France, des projets sont en cours d’expérimentation, principalement au large des côtes bretonnes. Une société franco-finlandaise, en lien avec la région bretonne, est en charge du projet. A côté, l’Ecole Centrale de Nantes expérimente également un procédé. C’est dire tout l’intérêt du gouvernement pour cette énergie qui peut s’avérer une source d’énergie prometteuse en vue de la transition énergétique inéluctable.

Plus de 50 projets sont actuellement en l’étude dans le monde ce qui témoigne de l’intérêt croissant pour cette forme d’énergie. Évidemment, les enjeux liés à la durabilité, voire la pérennité de cette énergie, à son absence d’émission de CO2,  expliquent l’engouement suscité. Mais cet engouement ne doit pas faire oublier que l’énergie des vagues, comme la plupart des énergies renouvelables, dépend avant tout des forces de la nature. Ainsi, si la puissance des vagues diminue d’intensité, il faut s’attendre à une baisse de la production d’électricité.

Il ne faut pas oublier que malgré sa durabilité, elle peut avoir des effets néfastes sur l’environnement avec notamment les espèces marines qui peuvent se trouver prises au piège des installations houlomotrices. Il y a donc une sorte de danger pour l’écosystème marin surtout lorsque l’on sait que les installations sont souvent placées à des kilomètres des côtes.

Sources :

http://www.energiesactu.fr/?page=7

http://www.connaissancedesenergies.org/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.