Le SSD : Solid state drivers, solution innovante pour la sauvegarde de données

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

A l’heure où l‘Europe et le monde entier cherchent des solutions innovantes et effectives sur l’énergie, les centres informatiques (data center) sont sous les feux de la rampe. Greenpeace s’alarme sur leurs émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement anglais applique une taxe carbone. L’Europe pourrait rapidement en faire de même ou trouver une solution similaire pour leur réduction. Les data center représentent 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), ce qui est équivalent aux émissions de l’aviation civile. Cette part dans les émissions de GES va continuer à augmenter si aucune solution se présente.

Une solution innovante, très pratique et performante mais très coûteuse. Le SSD apporte des améliorations radicales dans le domaine de l’infrastructure cloud, et permet l’émergence de nouvelles expériences web plus riches. L’utilisateur final profite d’un chargement plus rapide des pages web, et de temps de réponse améliorés grâce à une latence moindre et à un accès aux données plus rapide. Les professionnels de l’informatique et les développeurs bénéficient quant à eux d’un coût total de possession réduit, grâce à la consommation énergétique moindre, aux performances plus constantes et aux économies d’espace. Les centres de données alimentant ces applications doivent être capables de s’adapter avec rapidité, efficacité et fiabilité à la croissance rapide du trafic et du nombre d’utilisateurs connectés.

Le terme anglais « solid-state » signifie que ce matériau est constitué de mémoires à semi-conducteurs à l’ état solide par opposition aux disques dur classiques, sur lesquels les données sont écrites sur un support magnétique en rotation rapide. Les SSD sont aujourd’hui surclassés en termes de performance (débit, latence inexistante sur les SSD, consommation). Néanmoins, le rapport prix-espace de stockage reste encore largement à l’avantage du disque mécanique, près de dix fois moins cher en 2012. C’est une tendance apparue en 2012 sur les ordinateurs de salon qui consiste à mettre le système sur un SSD d’environ 100 Go et les données sur un disque dur dix fois plus gros et de coût similaire.

Une performance rapide et constante avec une consommation énergétique réduite, une utilisation intensive des CPU multicore et une protection parfaite des données constituent des éléments capitaux au sein des environnements de centres de données et du cloud. L’Intel SSD DC S3500 Series offre aux professionnels les options nécessaires à une performance, une fiabilité et un coût améliorés par rapport aux disques durs traditionnels, et constitue de ce fait l’outil idéal pour les nombreuses applications du cloud.

Cette méthode, restée élitiste par l’achat d’au moins deux unités de stockage, dont une coûteuse, ne s’est démocratisée qu’avec la baisse de prix, équipant dans un premier temps les PC fixes haut de gamme, avant de descendre progressivement vers les tours et portables de milieu de gamme.

Le gigaoctet pour 1 euro a été atteint en France début septembre 2012 dans le cadre d’une offre promotionnelle restreinte.  La baisse se poursuit, puisqu’en novembre 2012, on atteint le prix de 0,68 €/GoN

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *