Les actions environementales au ministère de la défense

Le ministère de la défense utilise des espaces naturels considérables, possède le premier parc immobilier de l’Etat et exploite des installations classées. Il est également le premier investisseur de l’Etat, d’où une responsabilité particulière dans le domaine de l’environnement. Ces dernières années, de nombreux chantiers ont été menés en faveur de la protection  de l’environnement comme le classement Natura 2000  de 20% des terrains de la défense ou des opérations innovantes financées par le fonds d’intervention pour l’environnement (FIE).

Pour amplifier les efforts et atteindre les objectifs fixés en matière environnementale, le ministre de la défense a signé une directive :  “plan d’action environnement du ministère de la défense”, le 21 décembre 2007, pour un coût total de 180 millions d’euros sur la période 2008-2010.

Ce nouveau plan d’action est fortement axé sur le démantèlement des matériels de guerre et la préservation de la biodiversité. Sur le montant total de 180 millions d’euros, 108 millions sont consacrés au démantèlement des matériels de guerre en fin de vie.

Sur le volet biodiversité, des conventions de partenariat écologique vont être signées dans les prochains mois, sur trois terrains militaires, avec les conservatoires régionaux des espaces naturels (CREN), dans le but de mieux  les préserver.

Ce plan d’action s’inscrit dans le cadre des objectifs du Grenelle de l’environnement. Il vient ainsi conforter et amplifier les actions menées par le ministère de la défense depuis plusieurs années,  comme 26 programmes d’armement éco conçus, 20 navires militaires dotés d’un passeport vert en 2009 ou la construction aux normes HQE (Haute qualité environnement) de 40 bâtiments.

Le Ministère de la défense dispose de 264 000 hectares de terrains (80% dédiés à l’armée de terre), parmi lesquels 42 000 hectares sont classés Natura 2000. Le Plan Natura 2000 a pour objectif de préserver la biodiversité, notamment des zones rurales et forestières. Ces terrains militaires, préservés de l’urbanisation et de l’agriculture intensive, ont été classés en raison de leur grande richesse écologique (comme le montre la présence d’espèces comme le Savarts de Champagne, de l’Aigle de Bonelli ou de l’Outarde Canepetière).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.