Le dos d’âne : nouvelle source d’énergie renouvelable

Source : New Energy Technologies

A l’heure ou l’utilisation des énergies renouvelables et des économies d’énergie est de mise, plusieurs systèmes permettent de récupérer l’énergie cinétique produite par tout corps en mouvement ; en particulier celle des véhicules dans notre cas, et la convertir en électricité afin qu’elle ne soit pas perdue. Un de ces systèmes est la conversion en électricité de l’énergie cinétique des voitures passant sur un dos d’âne ou ralentisseur.

Principes utilisés
En général ces convertisseurs, intégrés dans le ralentisseur, se basent sur trois principes :

  • La piézoélectricité : sous la pression de la voiture, l’élément piézoélectrique se polarise et produit ainsi de l’électricité.
  • L’utilisation de cellules mécaniques : sous la pression verticale des pneus de la voiture sur des plaques intégrées au ralentisseur, un mécanisme intermédiaire permet de transformer ce mouvement vertical en un mouvement rotatif pour entrainer un alternateur et produire de l’électricité. [1]
  • L’utilisation de cellules hydrauliques : sous le poids du véhicule, des pistons sont comprimés et poussent le fluide hydraulique dans un système pour produire un mouvement rotatif qui à son tour entraine un alternateur pour produire de l’électricité. [2]

Généralement ces convertisseurs sont associés à des accumulateurs d’énergies (batteries ou supercondensateurs) pour emmagasiner celle-ci.

Applications
Lorsqu’on place ce type de dos d’âne dans des parcs de stationnement souterrains, il peut réussir à produire l’énergie nécessaire au fonctionnement des lumières du parking souterrain pour la nuit, et stocker l’électricité excédentaire pour une utilisation ultérieure.
Un tel système peut aussi être installé dans des zones de travaux, lieux où la circulation doit être ralentie. Les péages, les aires de repos, tout comme la zone à proximité des aéroports sont également propices à ce genre d’installation. L’énergie ainsi produite peut alimenter des lampadaires, des feux de signalisation, voire même alimenter des maisons.
D’après Peter Hughes, une installation de ce type peut produire entre 32 et 42 kilowatts par heure dans le cas d’un trafic continu.

[1] Driving Force: Harvesting Kinetic Energy From Passing Cars
[2] kinergypower

 

Pour en savoir plus :
Le dos d’âne, source d’électricité ?
Burger King : un Dos d’Âne Ecolo au Fast Food
Un dos d’âne pour produire de l’électricité
New Energy Technologies

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Arturo dit :

    Ingénieur à la retraite j’ai étudié un nouveau système qui produit de l’air comprimé (très facile à stocker) rien qu’avec le passage des voitures sur mon dispositif. Cet air comprimé est ensuite utilisé pour faire tourner, au moyen d’un système tournant à haute force centrifuge, une génératrice de 10 Kw. en manuel ou en automatique, selon le choix. Je reste à disposition pour d’éventuels renseignements complémentaires.

  2. Vous écrivez : L’utilisation de cellules hydrauliques : sous le poids du véhicule, des pistons sont comprimés et poussent le fluide hydraulique dans un système pour produire un mouvement rotatif qui à son tour entraîne un alternateur pour produire de l’électricité. [2]

    Mon commentaire :
    Bonjour,
    ingénieur à la retraite j’ai étudié un système innovant pouvant produire de l’air comprimé avec le passage, à vitesse réduite, des véhicules et une demande de brevet a été déposée à l’INPI par mes soins.

    Cet air comprimé, stocké dans un réservoir adéquat, (tout ce qu’il y a de plus simple), est utilisé, en suite, pour faire tourner un appareil à haute force centrifuge faisant tourner en continu, 24/24 heures, une génératrice de 10 Kw. avec une commande manuelle ou une commande automatique, selon le choix de l’opérateur, (contrairement à toutes les nouveautés des dos d’âne producteurs d’électricité INSTANTANÉE présentés depuis des années qui tombent dans l’oubli général les unes après les autres……).

    Cette énergie, étant 100 % PROPRE et ne provoquant aucune nuisance que ce soit, ni aux véhicules ni à l’environnement, mon système peut donc être installé dans n’importe quel endroit, public ou privé, où la circulation des véhicules se fait à vitesse réduite, comme par exemple :
    – dans les péages autoroutiers
    – dans les entrées et sorties des parkings publics ou privés, etc.

    Mon étude comporte 32 dessins d’ensemble + 36 dessins de détail + la liste complète des fournitures mécaniques, pneumatiques et autres…….

    Si ce système vous intéresse je peux répondre à vos éventuelles questions.

    Cordialement

    A.Tavernari
    Ingénieur Conseil

  3. Votre description modifiée comme suit pourrait très bien être adaptée à mon étude :
    L’utilisation de composants pneumatiques : sous le poids du véhicule, des vérins sont comprimés et poussent l’air comprimé dans un réservoir adapté pour cela (rien de plus anodin) et de là on utilise cet air comprimé pour commander un système à mouvement rotatif (à haute force centrifuge) qui à son tour entraîne une génératrice pour produire de l’électricité.
    Remarque : stocker de l’air comprimé dans son réservoir est tout de même plus simple et plus économique que de stocker l’énergie électrique……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.