La géothermie à haute température, un avenir prometteur

Delphine Batho, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, a signé deux permis exclusifs de recherche de géothermie à haute température, le jeudi 28 février 2013, ce qui relance directement cette méthode de production d’énergie.

La ministre, Mme Batho, rappelle que « la géothermie permet de produire de l’énergie à partir de ressources renouvelables et sans aucune émission. » Elle estime que « c’est une filière qui doit être encouragée et soutenue ».

La géothermie à haute température extrait des eaux chauffées dont la température dépasse les 150°C. La technique est donc de prélever ces fluides à grande profondeur soit dans une nappe, soit au travers de réseaux de failles où les eaux circulent naturellement, sans créer de nouvelles fractures. Ces eaux sont réintroduites une fois refroidies.

Ce mécanisme de la géothermie permet soit de produire de l’électricité avec des centrales géothermiques et le déclenchement de leurs turbines, ou alors avec la technique de la cogénération en créant non seulement de l’électricité mais aussi de la chaleur ; soit d’alimenter uniquement en chaleur.

 

 

Le 1er permis de recherche, autorisé par Delphine Batho, nommé « Permis de Chaudes Aigues-Coren », et délivré à l’entreprise Electerre de France SAS, sera exploité dans le Cantal et la Lozère. Le 2nd , nommé « Permis de Pau-Tarbes » a été concédé à la société Fonronche Géothermie SAS, et sera effectué dans les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.

Ces permis exclusifs de recherche vont permettre ainsi de relancer la géothermie, qui reste fortement marginale, avec une part de la production d’électricité d’origine renouvelable de seulement 0,1% en 2008. Mais les ressources sont bel et bien existantes, puisqu’il existe un bon nombre de zones exploitables. En 2011, selon le site d’EDF, les énergies renouvelables, dont la géothermie, et autres que l’hydraulique, ont obtenu 3,7% des parts de production d’électricité.

Actuellement, 18 permis de recherche sont en cours d’instruction au ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, ce qui prouve de la potentialité de la géothermie et de son avenir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.