Les Etats-Unis face au réchauffement climatique

2012 a été pour les Etats-Unis d’Amérique, l’année la plus chaude que la première puissance mondiale n’ait jamais connu. Année décisive et inquiétante, qui pourrait remettre la protection de l’environnement au premier rang de la politique américaine. Jusque-là ce sujet sensible avait été relégué au second plan.

Aux Etats-Unis, 2012 est l’année des records. En effet le pays a connu le 4ème hiver et le 2ème été les plus chauds jamais enregistrés. Cette hausse de température concerne 48 Etats des Etats-Unis. La température moyenne mesurée dans ces Etats est de 13°C soit 1.8°C au-dessus de la moyenne du XXème siècle.

Ce réchauffement climatique global est dû principalement à l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) générés par l’activité humaine. Ce qui a pour conséquence des désastres naturels comme les tornades ou les cyclones, qui sont de plus en plus fréquents. Le dernier en date est l’ouragan Sandy du 29 octobre 2012, qui a fait au moins 12 morts.

L’immobilisme de l’Etat fédéral a fait réagir les Etats fédérés, qui ont commencé à respecter des quotas d’émissions de GES. En particulier par l’amélioration des équipements (machines moins polluantes, utilisation d’énergies renouvelables), par les processus de fabrication (limiter le gaspillage).

9 Etats du Nord-Est américain ont régulé leurs émissions de gaz à effet de serre, et ont annoncés une réduction de 10% d’ici 2020. Il s’agit des Etats du Connecticut, du Delaware du Maine, du Massachusetts, du New Hampshire, du New Jersey, de New-York, de L’ile de Rhode et du Vermont. Le leader de cet engagement se nomme George Pataki, gouverneur républicain de l’Etat de New.

En décembre 2005 le « Northeast States for Coordination Air Use » est adopté par 7 Etat du Nord-Est des Etats-Unis. Ils s’engagent notamment à réduire de 10% les GES d’ici 2020. En mars 2005, 31 Etats adoptent le « Clean Air Interstate Rule » qui vise à réduire les émissions des centrales électriques américaines.

Plusieurs Etats préfèrent agir de façon individuelle. Par exemple, Le Nevada qui a décidé d’avoir 20% d’énergies renouvelables d’ici 2020 sur son territoire. Mais le plus bel exemple que l’on retrouve est l’Etat Californien, véritable pionnier de la politique environnementale américaine.

La Californie a adopté le « Global Warming Solutions Act » en 2006, afin de réduire ses GES de 80% d’ici 2050. Elle a établi un système de droits à polluer similaire au protocole de Kyoto, avec des permis à polluer et des quotas à respecter. Face à la politique des Etats Fédérés, les constructeurs automobiles ont suivis le mouvement.

L’élection de Barack Obama et son engagement pour l’environnement contrairement à son prédécesseur, promettait une révolution dans la politique américaine. Cependant celle-ci s’est fait attendre durant son premier mandat. Le président a tout de même renouvelé cet engagement pour son deuxième mandat. Les Etats-Unis pourront alors peut-être joué un rôle clef dans la politique environnementale et la lutte contre le réchauffement climatique au niveau mondial.

Par Julie Arnoux

Le 01/02/2013

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.