Public Eye Awards

Chaque année depuis 2005, L’association « Green Peace » et « La Déclaration de Berne » présente à son public les 7 « grandes » entreprises distinguées par leurs agissements irresponsables dans les domaines des droits humains et de l’environnement. Elles  font l’objet d’un vote libre d’accès durant 19 jours.

Au final, deux gagnants auront l’honneur de rejoindre le célèbre « Hall of Shame » (Temple de la honte). Oui mais point de gloire à entrer dans ce panthéon ! Ces lauriers ne sont décernés qu’aux entreprises ayant cherché à atteindre le plus grand profit financier au détriment de l’environnement et des trois grands piliers composant la RSE (responsabilité sociale des entreprises).

Donc plus qu’une simple dénonciation des intérêts capitalistes de ces multinationales, les nominés font l’objet d’une étude approfondie de leur parcours sur l’année, des engagements pris mais non respectés, de leur politique de développement dans les pays non industrialisés et donc beaucoup plus « souple » au niveau des contraintes juridiques. Peu importe le greenwashing en place ou les actions caritatives portées haut et en couleurs le jury sanctionne un ou plusieurs projets ayant des conséquences néfastes pour l’homme et la planète.

Président d’association, Professeur émérite, ancien membre gouvernemental, ce sont des personnalités respectées qui sont chargés de ces recherches. Il est présidé cette année par Michael BAUMGARTNER, directeur de projet sur la RSE et écrivain sur ce domaine.

Cet évènement donne lieu à des cinglantes publicités parodiques présentant sommairement les raisons de leurs nominations qui sont détaillées lorsque l’on accède à la fenêtre de vote afin de faire son choix. C’est à ce moment que l’on peut se sentir comme devant un stand de friandises, tous sont alléchants mais on ne peut en choisir qu’un nombre limité.

Pour l’année 2013, les nominés sont G4s, Lonmin, Repower, Shell, Goldman Sachs, Coal India et Alstom.

A chaque fois, les votants augmentent et les répercutions médiatiques se font plus importantes. Ces entreprises n’apprécient guère ce genre de récompenses et ne manquent pas de répondre de manière virulente. Seulement voilà, l’idée n’est pas que de pointer du doigt mais de tendre une main pour encourager ces géants à ne pas trop s’écarter de leurs promesses. Motivation utopique certes mais l’accessibilité de l’information et la diffusion instantané de ce genre d’évènement n’iront pas dans leur sens.

Pour participer au vote : http://www.publiceye.ch/fr/vote/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.