Vivre sans émission de déchet, c’est possible.

La famille Johnson, un modèle à suivre ?

Béa Johnson et sa famille sont connus Outre Atlantique pour un défi qu’ils relèvent depuis trois ans : vivre sans générer de déchets.

Pourquoi ce choix ? Comment s’organise leur quotidien ?

Béa Johnson est française, originaire d’Avignon, elle arrive aux Etats-Unis en tant que fille au pair. Elle y rencontre son mari et adopte le mode de vie américain : une grosse maison, une grosse voiture, l’hyperconsommation en somme. Mais “au bout d’un moment j’ai ressenti un grand vide, un profond malaise et une immense insatisfaction, comme si une partie de moi mourrait“, confie Béa Jonhson.


Elle convainc alors son mari de déménager
, d’aller vivre à l’extérieur de cette immense agglomération qu’est San Francisco : ils choisissent Mill Valley. Tout est plus plus cher, dans cette bourgade aisée, si bien que les Johnson patientent deux ans avant de trouver une maison à leur goût. Deux années durant lesquelles ils vivent dans un appartement. De cette situation ils tirent un constat : a quel point le strict nécessaire leur suffit au quotidien. “L’expérience nous a plu, le reste s’est révélé superflu : on a tout vendu pour s’installer dans une maison deux fois plus petite qu’avant, on a donné tout ce dont nous n’avions plus l’usage, et nous avons entamé une nouvelle vie, avec peu de choses“, se souvient-Béa.

Un quotidien sans déchet

La famille Jonhson ne génère que quelques poignées de détritus par an.

Ils changent leurs habitudes. Béa s’approvisionne dans des échoppes où il est possible d’acheter les produits en vrac (grains, céréales, farines, quelques goûters). Elle a confectionné des sacs en tissu sur lesquels sont inscrits leurs poids, ainsi lors du passage en caisse, il suffit alors de peser et de déduire le poids du contenant. Elle utilise aussi des bocaux en verre d’un litre dans lesquels elle met du fromage, de la viande, du poisson, de la charcuterie, et réserve le dernier pour les envies du moment (olives, miel ou huile).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.