Cattenom : un arrêt de tranche global définitif

Les opposants au nucléaire luxembourgeois se sont réunis à Metz le 13 octobre 2012,  pour demander à ce que la France ferme la centrale de Cattenom pour 2017.

Lors de la journée nationale d’action pour la sortie du nucléaire, les Luxembourgeois, qui habitent à proximité de la centrale, se sont associés à la manifestation pour dénoncer « les conditions de sécurité totalement ahurissantes de la centrale de Cattenom ».

Il est vrai que si un incident arrive, le Luxembourg serait directement touché, car les radiations ne s’arrêteraient pas à la frontière, comme on nous l’avait fait croire pour Tchernobyl.

Les Luxembourgeois sont donc autant concernés et ont un intérêt à agir et à s’associer aux opposants au nucléaire français.

Plusieurs incidents, entrainant l’arrêt automatique du réacteur, ont inquiété le gouvernement luxembourgeois et demande à ce que la centrale, construite en 1987, ne dépasse pas les 30 ans d’activité. Ainsi, le Luxembourg demande à ce qu’elle soit arrêtée en 2017.

Il reste à voir si le gouvernement français, après que l’Autorité de Sûreté Nucléaire ait reconnu que « des améliorations étaient nécessaires pour renforcer la robustesse des centrales européennes face à des situations extrêmes », prenne en compte la demande de son voisin et accepte de fermer la centrale pour l’année demandée, un an après celle de Fessenheim. L’enjeu pour l’Etat français serait par conséquent de trouver des sources d’énergies remplaçantes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.