Les marées noires un désastre qui menace les côtes du monde.

Les zones côtières, étant des milieux environnementaux vulnérables, sont exposées à des risques divers. Parmi eux, les marées noires sont de loin les risques les plus catastrophiques et les plus spectaculaires susceptibles d’impacter les côtes.
Les marées noires consistent en un déversement brutal d’une quantité importante de pétrole ou de produits pétroliers bruts en mer. Elles se produisent essentiellement en cas d’accidents de pétroliers, de plates-formes pétrolières off-shore ou de terminal pétrolier, elles peuvent aussi résulter des opérations de dégazages et déballastages sauvages. Les marées noires se manifestent généralement par la formation à la surface de l’eau d’une nappe d’hydrocarbures qui peut s’étendre sur plusieurs centaines de kilomètres et atteindre les côtes.

Les conséquences des marées noires sont qualifiées de dramatiques. Ainsi, le coût environnemental, humain, économique et financier généré par ces catastrophes est très élevé.

La dernière marée noire que le monde a connu, et espérant être la dernière, était celle de la plateforme ‘‘Deepwater horizon’’ produite en Avril 2010 dans le Golfe du Mexique, cette explosion a provoqué une immense marée noire qui a pollué plus de 1.700 km de zones marécageuses et de plages en répandant l’équivalent de quatre millions de barils de pétrole dans une période de cinq mois.

Les dommages écologiques engendrés par la marée noire ont battu tous les records. Ainsi, au bout d’une année après le désastre le bilan pour la nature du Golfe du Mexique s’est révélé lourd :
– Plus de 6.000 oiseaux sont morts, parmi lesquels 2.200 ont été retrouvés englués dans le pétrole.
– Près de 600 tortues de mer ont péri.
– La population de thons rouges, qui se reproduit seulement dans le nord du Golfe du Mexique, était en pleine période de reproduction au moment de la catastrophe cela signifie une diminution dans les naissances.
– 153 dauphins ont échoué sur les côtes.
– découverte d’une épaisse couche de pétrole mélangée à des cadavres de poissons et de coquillages sur une surface de plus de 7.500 km2.
– 100 km de côtes encore polluées sur les 1.600 qui avaient été touchés.

Sur le plan financier, le groupe pétrolier British Petroleum (BP) qui exploitait la plate forme, a mis en place un fonds de 20 milliards de dollars pour indemniser plus de 500.000 personnes qui ont déjà réclamé des dédommagements. Après un an la BP n’a dépensé que 3,5 milliards de dollars de ce fonds.

Face à tout ces impacts environnementaux causés par les marées noires, j’espère que la réglementation dans les années avenirs sera plus stricte, et que les amendes plus fortes. Sinon, les gouvernements seront complices des industries pétrolières en cas des futures marées noires.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.