Vélo électrique : le photovoltaïque au secours des mollets !

C’est en terre d’Alsace, à Haguenau, qu’a été installé en septembre 2012 la première ombrière solaire en  Europe pour recharger des vélos à assistance électrique[1].

Les japonais nous ont précédés car Sanyo a équipé des gares tokyoïtes dès 2011. [2] En Alsace du Nord, les distances peuvent être longues entre le domicile et le travail, avec des espaces vallonnés, pour une population sensible à l’environnement. Ainsi le risque d’arriver au travail avec une sudation gênante est évitable.

Aussi les pouvoirs publics ont-ils installés un système de recharge public pour les vélos à assistance électrique.

Le système est certes classique : des cellules photovoltaïques transforment l’énergie solaire en électricité. Celle-ci est stockée dans des batteries qui sert à alimenter des moteurs électriques faisant tourner des roues, des pales, des hélices, …

Le système haguenovien est le fruit d’un partenariat entre la ville et un industriel local, Sew Usocome [3] – filiale émérite d’une société allemande fabriquant des systèmes d’entrainement. L’infrastructure de recharge solaire par induction utilisée en Alsace du Nord repose sur une technique vieille de plus d’un siècle. Il s’agit de transmettre l’énergie sans fil.

L’idée de transmettre de l’électricité par les airs n’est pas nouvelle et a été démontrée en 1899 par l’ingénieux Nikkola Tesla, qui a réussi à transmettre de l’électricité à 40 kilomètres de distance… sans fil! La technique est connue sous le nom de couplage par induction qui utilise un champ magnétique pour transférer de l’électricité sans contact[4]. Sew a conçu depuis 10 ans un système de recharge sans contact.

La recharge est effectuée par la béquille posée sur une plaque à induction au sol sous l’ombrière qui fait le lien sans fil avec la batterie. « Plus de câble, plus de branchement, on stationne sur la plaque et en 6 heures la batterie est rechargée »[5].

Alors demain, les paresseux n’auront plus de scrupules à circuler avec un vélo à assistance électrique, puisque la recharge de la batterie sera faite avec une énergie renouvelable. Fini l’autosolisme pour aller au travail. Tous à vélo au boulot !

[1] http://www.actu-environnement.com/ae/news/voiture-electrique-solaire-15022.php4

 

 

 

 

Didier KAHN

Maîtrise en Droit Faculté Droit Strasbourg 1981 Certificat Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg 1981 MBA Développement durable et RSE EM Strasbourg 2010 Directeur Relations Extérieures CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin 2011

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.