Les JO de Londres : les jeux du Développement durable

Ce vendredi 27 juillet ont débuté les JO de Londres ; ceux-ci contrairement aux jeux de Pékin ont intégré une démarche de Développement durable dès leur planification : infrastructures pensées et réfléchies pour l’environnement, réduction des déchets, recrutement local, bois certifié et bilan carbone de l’évènement ; mettant ainsi en avant le respect de l’environnement qui, rappelons-le, est depuis 2004 le troisième pilier de l’olympisme, juste après le sport et la culture.

Pour éviter le sort du  village olympique d’Athènes aujourd’hui à l’abandon, toute une démarche de recyclage des bâtiments et infrastructures a été voulue.
Ainsi les 7 grands stades et centres sportifs construits sur le parc seront par la suite transformés en centres universitaires, logements ou mis à disposition du public et des écoles. Par exemple l’arène pour le basketball, sera transférée à Glasgow pour les Jeux du Commonwealth en 2014 ; tandis que la Piscine Water Polo Arena, entièrement démontable, sera reconstruite ailleurs en Angleterre.

Le stade olympique de Londres 2012 a été conçu pour limiter au maximum son empreinte environnementale : pour sa construction ont été utilisés un béton à faible teneur en carbone et du bois certifié. D’ailleurs l’ensemble du parc olympique a été construit en bois issu de la gestion durable des forêts.  

De plus, ont été convertis d’anciens  terrains industriels pollués. En effet en 2006 à la place du stade olympique, se trouvait une zone industrielle. Dans un premier temps  le site a été entièrement nettoyé; les sols étant pollués par les métaux lourds. Puis 98% des matériaux issus des bâtiments qui occupaient la zone ont été nettoyés, refondus, et réutilisés pour les fondations du stade ou moulés pour en former le nouveau béton.

Citons encore le design et l’architecture du vélodrome réfléchis en faveur de l’environnement : alimenté par une ventilation naturelle capable de rafraîchir les lieux, le vélodrome est également éclairé par un maximum de lumière naturelle ;  de plus l’utilisation d’eau potable a été réduite au minimum grâce au toit du bâtiment qui recueille l’eau de pluie et fournit 70% de l’eau nécessaire au fonctionnement des lieux, pour les toilettes et la plomberie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.