Gaz de schiste: La Bulgarie a interdit la fracturation hydraulique

Dans une résolution adoptée le 19 janvier, le parlement bulgare interdit l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux par la technique de fracturation hydraulique qui représente actuellement la seule méthode d’extraction du gaz de schiste.

A l’issue d’un débat public et de manifestations contre la technique controversée de fracturation hydraulique, les députés bulgares ont décidé de suivre l’opinion publique. La durée de l’interdiction n’est pas fixée et elle est en vigueur pour l’ensemble du territoire de la République de Bulgarie et ses eaux territoriales de la Mer Noire. L’amende pour une violation de cette décision s’élève à 50 millions d’euros avec une confiscation des équipements employés.

A la suite de cette interdiction, le gouvernement bulgare a annoncé l’abrogation du permis accordé en juin à la compagnie américaine Chevron d’explorer et d’extraire du gaz de schiste dans le pays, avec comme motif : « l’insuffisance de données garantissant la protection de l’environnement lors d’un recours à la méthode de fracturation hydraulique ». Le Premier ministre Boïko Borisov qui a déclaré il y a seulement quelques mois qu’il a donné le permis d’exploitation à Chevron parce qu’il avait « les nerfs » contre les écologistes, a justifié l’interdiction par « un souci des intérêts des citoyens bulgares ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.