Un retour au troc pour produire du biogaz ?

Un échange de déchets agricoles contre du digestat, c’est ce que propose Holding Verte, une société française spécialisée dans la production de biogaz.

La société, qui a implanté une unité de méthanisation dans le Cher, fonctionne en collectant les déchets organiques du département produits par les éleveurs, agriculteurs et vignerons, essentiellement du fumier et les restes de pressurage de raisin dans un rayon de 30km autour de son installation.

L’originalité de la méthode tient au fait que les agriculteurs ne sont pas rémunérés, mais reçoivent en échange du digestat, qui résulte du processus de méthanisation, et qui peut servir d’engrais, la société précisant que la quantité de digestat produite est pratiquement équivalente à celle des déchets récoltés. De cette manière, les agriculteurs ne risquent pas de perdre la ressource qu’ils auraient obtenu en compostant leurs déchets agricoles.

Cela permet à Holding Verte de se positionner dans le marché en vogue des énergies renouvelables en opposition avec les biocarburants qui avaient été vivement critiqués. En effet, les dirigeants précisent que « dans l’absolu, toute la filière sera toujours plus petite qu’une centrale nucléaire. Le sujet, ce n’est pas tellement combien d’électricité on va pouvoir produire, c’est plus quelle volumétrie de déchets va être retraitée de manière vertueuse ».

Il n’en reste pas moins qu’avec ce type de proposition, il est possible d’à la fois résoudre le problème des déchets agricoles, qui, s’ils sont compostés, émettent du méthane, un gaz à effet de serre, dans l’atmosphère, et de produire de l’énergie verte tout en rémunérant les personnes ayant donné leurs déchets sous forme d’engrais.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.