ZEHST : Le projet fou d’EADS

A la veille du salon du Bourget, EADS, a présenté son projet ZEHST (Zero Emission High Speed Transport), un avion hypersonique dont l’objectif affiché est zéro émission de CO2.
A titre d’exemple, ce dernier permettrait de relier Paris à Tokyo en 2h30.

« L’avion du futur je l’imagine comme Zehst », explique Jean Botti, directeur général délégué des technologies et innovations chez EADS. Il ajoute « la solution (écologique) est à la limite de l’espace. Ce n’est pas un avion, pas une fusée, c’est un avion-fusée commercial ».

Le Zehst est équipé de deux types de moteur : des moteurs « classiques » et des moteurs « fusées » :
Le décollage et l’atterrissage s’effectuent de manière habituelle grâce aux moteurs classiques de l’avion, ces derniers ayant toutefois comme spécificité de fonctionner avec des biocarburants à base d’algues.

Après avoir pris un peu d’altitude, l’avion bascule sur des moteurs de type fusée. Ces derniers fonctionnent à l’hydrogène et à l’oxygène. Ils ne dégagent donc « que de la vapeur d’eau et sont totalement propres » selon M.Botti.
L’altitude de croisière de l’appareil se situe à 32 km d’altitude alors qu’elle est de 10 km pour un avion classique. Avant l’atterrissage, le pilote coupe les moteurs et amorce sa descente en planeur avant de se poser en remettant les moteurs classiques.

Même s’il ne s’agît pour l’instant que d’un projet, EADS se fixe comme objectif une mise en service en 2050 avec comme étape importante la création d’un premier démonstrateur d’ici à 2020.

Difficile de savoir si EADS parviendra à mener à bien ce projet compte tenu des modifications à venir dans le paysage spatial et aéronautique d’ici à 2050 mais selon un porte-parole d’EADS, ce projet a de bonnes chances d’aboutir car les technologies nécessaires ont déjà été développées.

En effet, Astrium, filiale spatiale d’EADS, développe déjà des moteurs de type fusée pour le tourisme spatial. Les carburants à base d’algue sont aussi déjà prêts, selon lui.

On note que le Zehst affiche une capacité limitée de 50 à 100 personnes. Jean Botti reconnaît que la recherche ne peut qu’avancer à petit pas : d’abord penser des avions commerciaux fondés sur des technologies écologiquement viables, pour 20 à 25 personnes. Ensuite, passer à 50, 100 et ensuite 200 personnes, capacité d’un moyen-courrier traditionnel.

Sources :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/19/eads-planche-sur-un-avion-fusee-qui-relierait-paris-a-tokyo-en-2h30_1538043_3244.html

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/eads-promet-un-paris-tokyo-en-2h30-grace-a-son-futur-avion-fusee_257349.html

Pour plus d’informations :

EADS – http://www.eads.com/eads/france/fr.html

Astrium – http://www.astrium.eads.net/fr/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.