L’avis du SER

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Suite à sa conférence de presse datant du 26 avril 2011, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) a détaillé la position française dans le domaine et a présenté les 6 principaux axes de son livre blanc afin d’aiguiller les futurs candidats aux élections présidentielles de 2012.

Tout en insistant constamment sur l’importance de la maitrise de l’énergie (MDE) et de la sobriété sans lesquels le recours aux énergies renouvelables (EnR) serait inefficace, le SER a commencé par faire le bilan 2010 de la filière renouvelable française. Grâce à deux tableaux, nous pouvons observer l’évolution de 2005 à 2010, les objectifs pour 2020 et les prévisions tendancielles conformes à notre politique actuelle. Une autre colonne présente de ce fait, l’écart entre les objectifs et les résultats prévisionnels.

 Les catégories traitées sont :

  •  La Chaleur 
  • Bois (chauffage domestique)
  • Bois et déchets (Collectif, tertiaire, industrie)
  • Solaire thermique, PAC et géothermie
  • l’électricité (où les chiffres sont plus sûrs)
  • Hydroélectricité
  • Biomasse
  • Eolien
  • Solaire Photovoltaïque (PV)
  • Biocarburants

Nous pouvons ainsi voir que si nous continuons comme ça, et ce malgré le fait que la consommation d’EnR ait progressé de 33 % en 5 ans, nous n’atteindrons pas l’objectif des 23 % d’EnR du Grenelle. A ce rythme, la France consommerait 29 Mtep d’EnR en 2020 au lieu des 36 prévues, ce qui représente un écart de 7 Mtep soit 35 % de l’objectif initial.

Le SER poursuit avec un état des lieux, les perspectives et les freins pour chaque catégorie énumérée. C’est une bonne mine d’information puisque ceci permet d’avoir les chiffres exacts du développement de chaque marché ainsi que les améliorations qu’il faudrait réaliser. Le SER, par exemple, vante les mérites du Fonds Chaleur et préconise un doublement de ses dotations.

Sur la partie électricité, le SER dénonce les nouvelles contraintes telles que celle apportée par la Loi NOME (totalité des coûts de raccordement aux frais du porteur de projet) puis se penche au cas par cas sur chaque segment.

En premier lieu, il porte son attention sur le PV où il expose un bon nombre de recommandations afin d’atténuer les effets négatifs de la récente réorganisation du marché. L’une de ses principales revendications est de porter à au moins 15000 MW l’objectif PV 2020. Il est à noter que pour appuyer ces commentaires, le SER via sa filiale SOLER a réalisé un inventaire au 31 décembre 2010 du parc PV français consultable sur le lien suivant.

De même, sur l’éolien, le SER voudrait une révision et une simplification des procédures administratives et des exigences réglementaires.

Il demande également plus de moyens et de soutien pour les filières de l’énergie marine, du biogaz, de la méthanisation et du solaire thermodynamique.

Le SER continue en établissant un panorama du développement industriel et des emplois de la filière. On y retrouve les principaux acteurs, l’évolution des emplois (de 54800 à 94500 de 2006 à 2010), leur balance des paiements et un focus sur les niches sur lesquelles il faudrait se focaliser en matière de PV. Enfin le SER fait un point sur la MDE.

Et c’est pour conclure que celui-ci expose ses propositions pour 2012, on y retrouve, entre autres, des efforts sur le bâtiment, la nécessité de poursuivre les objectifs énergétiques au-delà du Grenelle et de l’horizon 2020 ou encore un point sur la formation des prescripteurs du bâtiment.

Toutes ces mesures se trouvent dans le dossier de presse, très complet, du SER : ici

Rappelons enfin que le SER a été créé en 1993 et qu’il rassemble 550 membres, au 1er janvier 2011, parmi lesquels les plus grands énergéticiens et industriels actifs en France.
L’ensemble de ses adhérents représente 80 000 emplois dans le domaine des énergies renouvelables pour un chiffre d’affaire de 10 milliards d’euros.

Le site du SER : http://www.enr.fr/

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *