La Chine investit dans les énergies renouvelables

Premier producteur mondial de panneaux solaires, la Chine devient en outre  de plus en plus un consommateur d’énergie propre. On estime d’ailleurs que la part du renouvelable dans le mix énergétique chinois devrait passer de 7% à 15% d’ici 2020.

Depuis le 1er janvier 2011, le nouveau plan quinquennal de l’économie nationale prend en compte  les énergies renouvelables. L’Etat doit continuer à investir massivement dans ce secteur, via la coquette subvention de (l’équivalent de) 300 milliards d’euros, pour atteindre l’objectif de 40 % d’énergies renouvelables produites en Chine d’ici 2040.

Comparaison des investissements dans les énergies renouvelables USA/Chine en 2010

Comparaison des investissements dans les énergies renouvelables USA/Chine en 2010

Les motifs : réduire la pollution (induisant de fortes pressions sociales) et la dépendance aux importations, notamment de gaz et de pétrole. La Chine importe en effet 50% de son pétrole actuellement, et ce pourcentage pourrait atteindre 75% en 2050 si rien n’est fait. Sans compter que le charbon représente 70% du mix énergétique chinois (un désastre en termes d’émissions de gaz à effet de serre).

Dénonciation d’un protectionnisme excessif

La Chine en tout cas n’a cure des plaintes européennes et américaines portées devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour entrave à la libre concurrence. Selon les États-Unis et l’Union Européenne, les subventions massives de la Chine au secteur des énergies renouvelables enfreignent les règles de l’OMC. Les parlementaires de Washington menacent d’ailleurs de surtaxer les produits chinois en réaction à ce « protectionnisme excessif » visant à interdire l’accès au marché des technologies vertes aux américains. Selon eux, les aides versées seraient conditionnées au fait que les assembleurs chinois d’éoliennes utilisent en priorité des composants chinois et, d’après le règlement de l’OMC sur les subventions, Pékin aurait du signaler l’existence d’une telle mesure.

Leadership du solaire

Le développement du nucléaire et des centrales hydroélectriques est lent et coûteux, l’éolien et le solaire ont en revanche beaucoup d’atouts pour la Chine.

Selon une récente étude du cabinet américain Solarbuzz, le chiffre d’affaires de l’industrie photovoltaïque frôlait les 14 milliards d’euros au troisième trimestre 2010, soit une hausse de 74% par rapport à 2009, dont la plus grosse partie va dans la poche des chinois : 8 des 12 plus gros fabricants mondiaux de cellules photovoltaïques sont originaires de Chine ou de Taiwan. Les industriels chinois ont assuré 51% des livraisons mondiales de cellules photovoltaïques cette année. Le groupe chinois JA Solar est le numéro 1 mondial des cellules photovoltaïques avec 8% de parts de marché, suivi d’un autre Chinois, Suntech Power (classé premier selon d’autres classements). L’américain First Solar, ne se classe que troisième. On notera tout de même que la fin des subventions en France peut devenir inquiétante pour les entreprises chinoises, elles qui exportent 98% de leur production.

Investissements dans  l’éolien et le photovoltaïque

Le pays rassemble en tous les cas une immense industrie verte, capable de produire des panneaux solaires beaucoup moins chers que les autres (de 30 à 40% en moyenne par rapport aux entreprises non chinoises) et disposant de vastes espaces désertiques, tels que les plaines de Mongolie intérieure. C’est là d’ailleurs que se dresse depuis peu la première centrale électrique à combiner les énergies solaires et éoliennes. Celle-ci pourra produire, selon Novethic, « 400 000 kWh d’électricité par an, ce qui permettra d’économiser l’équivalent de 100 tonnes de charbon et 900 tonnes d’eau, par rapport à une centrale thermique traditionnelle ». Budget : 140 millions d’euros, soit une infime part des 300 milliards consacrés aux énergies renouvelables.china-surpasses-u-s-in-renewable-energy-investments

Un obstacle sera à surmonter cependant : la mise en réseau des centrales solaires et éoliennes.  « La plupart de ces centrales solaires et éoliennes ne sont pas connectées au réseau. Elles produisent une énergie encore trop chère et le réseau électrique chinois est trop vétuste » relève un expert. Actuellement, l’électricité produite par la Chine est complètement subventionnée. On estime que 8 à 10% des aides gouvernementales devront donc se rapporter à la modernisation des infrastructures électriques du pays.

Sources :

http://www.enerzine.com/1/11142+quand-les-panneaux-solaires-chinois-inondent-leurope+.html

http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/energies_renouvelables/la_chine_investit_massivement_dans_energie_solaire/132431.jsp?ref=rss

http://chine.aujourdhuilemonde.com/la-chine-se-chauffe-aussi-au-solaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *