Le biogaz, une énergie renouvelable à fort potentiel de croissance

Le 22 Novembre 2010, l’ADEME et GrDF ont publié les résultats d’une étude de marché sur la méthanisation et les valorisations du biogaz. Cette dernière, commandée dans le cadre de leur partenariat autour de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables, a été réalisée par le Cabinet d’Etudes Ernst & Young.

gaz

L’étude de 2010 est une actualisation d’une étude menée en 2004 sur le même thème. Il apparaît cependant qu’un état des lieux des installations de stockage de déchets non dangereux a été effectué alors que ce n’était pas le cas en 2004.

Les évolutions de contexte intervenues depuis 2004, tels que la revalorisation d’un tarif d’achat de l’électricité issue du biogaz (en 2006) et  l’avis favorable de l’AFSSET (aujourd’hui Anses) sur l’injection de biogaz épuré dans les réseaux de gaz naturel (en 2008), ont été prises en compte.

40 entretiens menés auprès de professionnels de la filière biogaz permettent de dresser un état des lieux de la production et de la valorisation du biogaz ainsi que les perspectives d’évolution au regard de l’objectif de 23 % d’énergie produite à partir de sources renouvelables fixé par le Paquet Climat Européen et le Grenelle Environnement d’ici 2020.

La méthanisation: un fort potentiel de croissance:

En 2008, on comptabilisait en France 301 installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) contre 180 installations de méthanisation. Ces dernières ont produit en 2008 près d’un quart de l’énergie primaire issue de biogaz (les trois quarts restant étant produits par les ISDND). La plus grosse partie du biogaz issu de la méthanisation est valorisée en électricité ou en chaleur.

Les secteurs de l’industrie et de l’épuration urbaine détiennent près de 90% des installations de méthanisation. Si le contexte politique et économique reste inchangé dans les années à venir, Ernst & Young anticipe un rééquilibrage entre le nombre d’installations de méthanisation et celui des installations de stockage pour la production de biogaz.

Pour atteindre un objectif de 5,5 TWh produits par les installations de méthanisation à l’horizon 2020, l’étude met en avant trois facteurs importants pour le développement des installations :

–  la rentabilité des installations

–  un retour d’expérience positif des secteurs qui investissent dans la méthanisation

–  une simplification des démarches administratives

Cela permettrait au niveau de production actuel d’être multiplié par 3 en 10 ans !

Une croissance variable selon les secteurs:

Chaque secteur producteur de biogaz présente des perspectives de croissance différentes : En effet, dans le secteur des ordures ménagères, 15 installations supplémentaires devraient être créées d’ici 2015. La croissance anticipée par l’étude est ensuite de 1 à 3 installations par an jusqu’en 2020.

Le secteur agricole, pour sa part, n’en est qu’à ses balbutiements et devrait connaître une croissance de 5 à 20 unités par an d’ici 2020. Des mesures financières incitatives renforcées permettraient un développement beaucoup plus soutenu.

Enfin, le secteur industriel et celui des stations d’épuration devraient connaître une croissance de 1 à 5 installations (surtout de petites unités pour le second secteur) par an d’ici 2020.

La cogénération restera la tendance pour la valorisation énergétique du biogaz. En parallèle l’injection dans les réseaux de gaz naturel ainsi que la valorisation carburant, devraient se développer.

Sources:

www.ademe.frwww.grdf.fr

Ci-joint l’Etude complète

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.