La biosphère est-elle une marchandise ?

Sous l’égide de l’ONU, la convention sur la diversité biologique s’ouvre lundi 18 octobre 2010 à Nagoya. Une émission de France Culture de ce jour, animée par Ruth Stégassay,  “Terre à terre” a reçu Agnès Bertrand, co-auteur de « OMC, le pouvoir invisible » (Fayard) et Françoise Degert, journalistes. Elles alertent le public sur le risque de marchandisation de la biodiversité. Par exemple, des établissements financiers veulent échanger une dette d’un Etat contre la propriété d’une réserve naturelle. Ce titre de propriété pourrait être titrisé. Cette appropriation de la nature par des établissements financiers internationaux vise à donner une valeur économique aux services rendus par les écosystèmes. Un aspect peu connu de cette
10 ème Conférence des parties sur la biodiversité à suivre attentivemennt.

Didier KAHN

Maîtrise en Droit Faculté Droit Strasbourg 1981 Certificat Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg 1981 MBA Développement durable et RSE EM Strasbourg 2010 Directeur Relations Extérieures CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin 2011

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.