Google se positionne face à la censure chinoise : coup médiatique ou cas de conscience ?

“Bravo Google !” titrait le Courrier International, après avoir appris le 12 janvier dernier que la multinationale envisageait de quitter le marché chinois, suite à des actions de piratage contre des militants des droits de l’homme. Si certains y voient une belle opération de communication, d’autres admirent le courage de Google face à la censure chinoise. L’entreprise aurait-elle décidé de s’impliquer dans la lutte pour les droits de l’homme en Chine ? En tous cas pour le moment, Google n’a ni quitté le pays, ni supprimé l’autocensure appliquée à la version chinoise de son moteur de recherche … un gros coup de bluff alors ?

Cette décision de Google pourrait trouver bien des explications financières : ne détenant que 30% des parts du marché (le concurrent chinois Baidu détient les 70% restants), l’entreprise risque certainement plus pour son image en restant en Chine, par les failles de son système de sécurité et sa collaboration avec la censure chinoise, qu’en la quittant. Et Sun Yunfeng, un des responsables de Baidu, l’a bien noté : “Le mercantilisme de Google me dégoûte (…), si Google occupait 80 % des parts de marché des moteurs de recherche en Chine, ses dirigeants annonceraient-ils d’une façon aussi médiatique qu’ils se retirent de Chine ?”

En France, l’équipe d’experts CERT-LEXSI (division de veille et d’enquête sur internet) témoigne quant à elle de sa surprise face à une telle annonce, indiquant que le moteur de recherche google.cn “a toujours répondu présent face aux demandes pressantes du gouvernement chinois pour censurer certains sites Web”. Elle y voit donc “une occasion pour Google d’endosser de nouveau un rôle de chevalier blanc”, et questionne : “qui croirait un instant que Google tournerait définitivement le dos à un marché de plus de 300 millions d’internautes ?”

Pourtant, Google pourrait obtenir jusqu’à 43% des parts du marché chinois à la fin de l’année selon la société StatCounter, y aurait-il donc autre chose ? Assiste-t-on à un réel tournant dans les relations entre les autorités chinoises, la censure et les entreprises implantées dans le pays ?

Le pouvoir chinois n’a pas encore officiellement réagi à la menace de Google, il a par contre dès mercredi dernier censuré les échos de la controverse dans le pays, afin d’éviter toute “contamination domestique”. Mais on se doute bien que la résonnance internationale de cette affaire va relancer le débat sur la censure en Chine, ce qui n’est pas plus mal.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.