L’EPA ouvre la voie à une réduction des émissions de GES aux Etats-Unis

L’Agence américaine de protection de l’environnement a reconnu, lundi 7 décembre, que les émissions de gaz à effet de serre sont une menace pour la santé publique. Cela devrait permettre à Barack Obama de respecter ses promesses sur le climat, même si le Congrès s’y oppose.

Quelques heures après l’ouverture de la conférence de Copenhague sur le climat, la directrice de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) Lisa Jackson a, signé un décret selon lequel six gaz à effet de serre (GES) constituent une menace pour la santé publique, marquant ainsi une avancée historique dans un pays qui n’a jamais ratifié le protocole de Kyoto.

”L’EPA est maintenant autorisée, et obligée, de faire des efforts raisonnables pour réduire les polluants à effets de serre”, a expliqué Lisa Jackson lors d’une conférence de presse. ”Ces conclusions attendues de longue date scellent 2009 dans l’histoire comme l’année où le gouvernement des Etats-Unis a commencé à s’atteler au défi des émissions polluantes liées aux gaz à effet de serre”, a -telle affirmé.

Les Etats-Unis vont ainsi désormais pouvoir édicter leur première réglementation nationale sur les émissions des véhicules légers qui contribuent à plus de 23% des émissions totales de GES américaines.
Mais ce décret donne surtout au président Barack Obama un levier supplémentaire pour atteindre l’objectif affiché à Copenhague de 17 % de réduction des émissions de GES d’ici à 2020 par rapport à 2005 en ne passant pas par la voie législative.

Adopté en juin à la Chambre des représentants, le projet de loi démocrate qui prévoit de réduire les émissions de CO2 dans la proportion promise par Barack Obama ne doit pas être adopté au Sénat avant 2010.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.