Les femmes, la natalité et le climat

« L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable. »

Face à monde qui change: les femmes, la population et le climat, UNFPA, novembre 2009.

En publiant son rapport sur l’état de la population mondiale en 2009 le 18 novembre dernier, l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population) espère propulser les questions démographiques au cœur des débats à Copenhague. Car si la limitation des émissions de gaz à effet de serre et l’aide aux pays en développement sont des sujets essentiels, Thoraya Ahmed Obaid, directrice exécutive de l’UNFPA, souligne combien les effets des changements climatiques sur les femmes, les hommes, les garçons et les filles du monde entier sont, elles aussi, des questions fondamentales.

Tout en insistant sur le fait qu’il ne s’agisse pas de règlementer le nombre de naissances, l’UNFPA estime en effet que la lutte contre le changement climatique passe certes par un changement dans nos modes de consommation et de production, mais aussi par un ralentissement de la croissance démographique. L’agence de l’ONU parle donc « d’offrir un libre choix », en développant l’égalité des sexes, l’éducation des filles et le planning familial, ce qui aurait pour effet de diminuer durablement la natalité de 6 ou 7 enfants par femme à seulement 2 ou 3. Qu’en pensera-t-on à Copenhague ?

Pour télécharger le rapport de l’UNFPA, cliquez ici.

Pour plus d’informations, cliquez ici ou ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.