Négociations pour le climat: Sarkozy et Lula vs Pékin et Washington

Quand d’un côté de la Terre Barack Obama, Ander Fogh Rasmussen et l’APEC se disent en faveur d’un “compromis” politique, plutôt qu’en faveur d’un accord contraignant, Nicolas Sarkozy et  Luiz Inacio Lula da Silva s’entendent de leur côté sur un plan ambitieux de réduction des émissions. La communauté internationale est-elle donc  prête pour des objectifs communs à Copenhague ?

La réunion du Forum de coopération Asie-Pacifique (APEC), qui s’est déroulée les 14 et 15 novembre à Singapour, s’est soldée par un refus catégorique de l’objectif mondial de réduction de 50 % des gaz à effet de serre d’ici à 2050. Le porte-parole américain Michaël Froman a en effet jugé “irréaliste” un accord juridiquement contraignant, et a fait savoir que le sommet de Copenhague ne serait qu’une étape dans la lutte contre le changement climatique. Ce scénario donnerait entre-autre le temps aux États-Unis de faire adopter le projet de loi sur le climat par le Congrès, puis de ratifier le traité (voir l’article “Les États-Unis seront-ils prêts pour Copenhague ?”).

Absent de ce sommet, en raison du refus de Barack Obama de voir des dirigeants européens participer à la réunion de l’APEC, Nicolas Sarkozy riposte en se déclarant déterminé avec son homologue brésilien “à accélérer le rythme des négociations afin de parvenir à un accord ambitieux basé sur la feuille de route de Bali”. Limiter le réchauffement climatique à 2 C° par rapport aux normes des températures pré-industrielles et réduire les émissions mondiales d’au moins 50% d’ici à 2050 par rapport à 1990 sont donc les mots d’ordre de la future campagne franco-brésilienne. Le Brésil montre par ailleurs l’exemple en s’engageant à réduire de 80% la déforestation de l’Amazonie. Par ces prises de position, les deux chefs d’États espèrent convaincre le plus de pays possible : “Avec le président Lula, on va faire le tour de la planète pour convaincre, parce que le monde est multipolaire” a annoncé Nicolas Sarkozy.

Mais Barack Obama et Hu Jintao qui se rencontrent ces jours-ci ne semblent pas prêts à s’engager de la sorte, et les choses pourraient encore changer cette semaine avec la réunion de préparation de la COP 15, qui se tient les  lundi 16 et mardi 17 novembre à Copenhague.

Pour plus d’informations, cliquez ici ou ici

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.