Le chocolat, tous consommateurs, tous responsables

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao est face à un grand défi. D’un côté la qualité des fèves décroît dangereusement (appauvrissement des sols, non renouvellement des arbres, maladies…). D’un autre, les consommateurs font de plus en plus pression sur les multinationales et le gouvernement ivoirien pour que le travail forcé des enfants disparaisse.

Ces prises de conscience ne sont pas nouvelles et les avancées sont lentes.
Le protocole de Harkin-Engel a permis de faire un état des lieux de la situation sur place en 2008.
Rainforest Alliance a lancé une certification qui s’appuie sur des critères économiques, environnementaux et sociaux. Elle cherche à développer une agriculture plus durable et sensibiliser sur la question du travail des enfants. Les producteurs certifiés obtiennent des primes qui peuvent aller jusqu’à 10 % du prix. Pas moins de 3500 tonnes de cacao sont concernés, ce qui ne représente que 0,37 % de la production annuelle de la Côte d’Ivoire.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.